Ecoutez Radio Sputnik
    International

    France: six membres de l'ETA arrêtés (agence)

    International
    URL courte
    0 4421

    Les forces de sécurité françaises et les agents de la Garde nationale espagnole ont arrêté, lors d'une opération conjointe, six personnes soupçonnées d'appartenir à l'organisation terroriste basque ETA, annonce mardi l'agence EFE.

    Les forces de sécurité françaises et les agents de la Garde nationale espagnole ont arrêté, lors d'une opération conjointe, six personnes soupçonnées d'appartenir à l'organisation terroriste basque ETA, annonce mardi l'agence EFE.

    Les arrestations ont été opérées le mardi 7 mai dans la matinée, dans diverses villes de France, à Blois (Centre), Brive-la-Gaillarde (Sud-ouest) et Montpellier (Sud).

    Selon un communiqué du ministère français de l'Intérieur, "cinq des six personnes faisaient l'objet d'une inscription antérieure au fichier des personnes recherchées".

    "Malgré les évolutions positives enregistrées sur le dossier au pays basque espagnol, notre territoire national n'a toujours pas cessé d'être une base de repli logistique et militaire pour les structures clandestines de l'organisation", ajoute le communiqué, qui se félicite de "l'excellence de la coopération franco-espagnole dans le domaine du renseignement et de la police judiciaire".

    Considérée comme une organisation terroriste par l’Union européenne et les Etats-Unis, l’ETA est tenue pour responsable de la mort de 829 personnes en plus de 40 ans de lutte pour l’indépendance des territoires français et espagnols du Pays basque, et de la Navarre, elle  a annoncé le 20 octobre 2011 qu'elle mettait fin définitivement à la violence. Le groupe refuse en revanche de se dissoudre et de rendre les armes, comme l'exigent la France et l'Espagne.

    Lire aussi:

    Désarmement total: l'ETA en quête de reconnaissance pour son action
    Ce que les Français comprennent à l’autodétermination de la Corse et du Pays basque
    À qui profite le déferlement de violence en Espagne?
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik