Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Syrie: l'armée turque placée en état d'alerte

    International
    URL courte
    Armes chimiques syriennes (496)
    0 0 0

    La Turquie a placé mercredi ses forces armées en état d'alerte et a pris les dispositions nécessaires pour défendre ses citoyens en cas d'intervention militaire étrangère en Syrie, a annoncé l'agence Reuters, citant le chef de la diplomatie turque Ahmed Davutoglu.

    La Turquie a placé mercredi ses forces armées en état d'alerte et a pris les dispositions nécessaires pour défendre ses citoyens en cas d'intervention militaire étrangère en Syrie, a annoncé l'agence Reuters, citant le chef de la diplomatie turque Ahmed Davutoglu.

    Une décision analogue a été adoptée mercredi par Bagdad. Selon le premier ministre irakien Nouri al-Maliki, les forces armées du pays ont été mises en état d'alerte en prévision de frappes aériennes sur Damas.

    La situation en Syrie est entrée dans une phase critique le 21 août, date à laquelle les médias hostiles au président Bachar el-Assad ont fait état de l'utilisation d'armes chimiques par les troupes gouvernementales dans la région de Damas. Selon les rebelles, cette attaque présumée pourrait avoir fait 1.300 morts.

    Mardi soir, un porte-parole de la Maison Blanche a annoncé que le président Barack Obama réfléchissait toujours aux mesures qui devaient servir de réponse à cette attaque. Bien que la décision de frapper la Syrie ne soit pas encore adoptée, le Pentagone affirme que plusieurs scénarios sont à l'étude, y compris une "réaction de force".

    Certains pays occidentaux, dont les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France, ont profité de cette information non confirmée pour appeler ouvertement à une intervention militaire en Syrie sans aval du Conseil de sécurité de l'ONU.

    Dossier:
    Armes chimiques syriennes (496)

    Lire aussi:

    Washington accuse Assad de préparer une nouvelle attaque chimique
    Macron et Trump se préparent à une éventuelle attaque chimique en Syrie
    Trump insulte Assad: la réponse de Damas
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik