Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Syrie: l'UE appelle à relancer les efforts pour convoquer Genève 2

    International
    URL courte
    Armes chimiques syriennes (495)
    0 0 0 0

    L'UE espère que la mise des armes chimiques en Syrie sous contrôle international et leur destruction favoriseront un règlement négocié et appelle la communauté internationale à œuvrer à la convocation de la conférence Genève 2, a déclaré Catherine Ashton, chef de la diplomatie européenne.

    L'UE espère que la mise des armes chimiques en Syrie sous contrôle international et leur destruction favoriseront un règlement négocié et appelle la communauté internationale à œuvrer à la convocation de la conférence Genève 2, a déclaré mardi Catherine Ashton, chef de la diplomatie européenne.

    "J'espère que cela va contribuer à la reprise des efforts en vue d'un règlement politique du conflit syrien. J'appelle tous les partenaires au sein de la communauté internationale à ne pas rater la chance pour relancer le processus de convocation rapide d'une conférence de paix sur la Syrie, comme l'initiative russo-américaine le prévoit", lit-on dans la déclaration de Mme Ashton.

    La Russie a proposé lundi de placer les armes chimiques syriennes sous contrôle international. Cette proposition a immédiatement été soutenue par Damas. L'opposition syrienne l'a pour sa part qualifiée d'inacceptable. Le président américain Barack Obama s'est déclaré intéressé par l'initiative de Moscou.

    Dossier:
    Armes chimiques syriennes (495)

    Lire aussi:

    Soutien à la Syrie: Trump examine le durcissement des sanctions contre Moscou et Téhéran
    Moscou: toutes les armes chimiques retirées de Syrie en 2014 avec l'aide US
    Al-Nosra et Daech déploient des armes chimiques dans des quartiers résidentiels en Syrie
    Idlib: les informations sur l’attaque chimique sont arrivées bien avant la frappe
    Trump dit ne pas avoir évoqué l’option militaire en Syrie devant des membres du Congrès
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik