Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Les Amis de la Syrie cherchent à saper Genève-2 (Moscou)

    International
    URL courte
    Conférence "Genève 2" (338)
    0 3 0 0

    Moscou estime que les Amis de la Syrie cherchent à provoquer Damas et à saper la conférence de paix Genève-2, a déclaré le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Alexandre Loukachevitch.

    Moscou estime que les Amis de la Syrie cherchent à provoquer Damas et à saper la conférence de paix Genève-2, a déclaré mercredi le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Alexandre Loukachevitch.

    "Nos partenaires occidentaux cherchent en vain à assurer la participation des structures d'opposition, placées sous l'égide de la Coalition nationale syrienne (des forces de l'opposition et de la révolution, ndlr), à la conférence internationale proposée par la Russie et les Etats-Unis. On a l'impression que le document adopté à Londres par les Amis de la Syrie cherche à provoquer Damas, à saper Genève-2 et à en rejeter la responsabilité sur les autorités syriennes au lieu de l'opposition", a indiqué M.Loukachevitch dans un communiqué.

    "Nous considérons que la Coalition doit participer aux négociations, mais les paramètres de sa participation doivent être conformes à son niveau d'influence au sein de la société syrienne et à son rôle en Syrie. Il n'y a aucune raison d'affirmer que la Coalition est le +seul représentant légitime+ ni du peuple syrien, ni de l'ensemble de l'opposition", a conclu M.Loukachevitch. 

    Réunis le 22 octobre à Londres, les ministres des Affaires étrangères des onze pays membres du Groupe des amis de la Syrie et le chef de la Coalition nationale syrienne (CNS, opposition) Ahmad Djerba se sont penchés sur les préparatifs de la conférence de paix internationale Genève-2.

    Le Groupe des amis de la Syrie rassemble onze pays qui soutiennent les opposants au président Bachar el-Assad, notamment les Etats-Unis, la Turquie, la Grande-Bretagne, la France, l'Italie, l'Allemagne, l'Egypte, les Emirats arabes unis, le Qatar, la Jordanie et l'Arabie saoudite.

    Dossier:
    Conférence "Genève 2" (338)

    Lire aussi:

    L'opposition syrienne n'exige plus la démission d'Assad
    Riyad appelle l’opposition syrienne à trouver une nouvelle approche pour résoudre la crise
    «Les États-Unis maintiennent leur ancien cap pour renverser le gouvernement d’Assad»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik