Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Syrie/armes chimiques: la destruction des équipements de production achevée (OIAC)

    International
    URL courte
    Armes chimiques syriennes (496)
    0 411

    L'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) a annoncé le démantèlement de l'ensemble des équipements syriens destinés à produire des armes chimiques, rapportent jeudi les médias européens.

    L'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) a annoncé le démantèlement de l'ensemble des équipements syriens destinés à produire des armes chimiques, rapportent jeudi les médias européens.

    Auparavant, le chef de l'Organisation Ahmet Uzumcu a rapporté que Damas avait déclaré 1.300 tonnes d'agents et précurseurs utilisés dans la production d'armes chimiques, ainsi que 1.200 munitions non chargées. En outre, le régime syrien a déclaré 41 installations sur 23 sites pouvant être utilisées pour la production d'armes chimiques.

    Lundi, l'OIAC a indiqué que ses experts avaient inspecté 21 des 23 sites déclarés par Damas, les deux restants étant pour le moment inaccessibles pour des raisons de sécurité.

    La mission OIAC/Onu est chargée de superviser la destruction de l'arsenal chimique syrien suite à la résolution 2118 du Conseil de sécurité des Nations unies qui ordonne le désarment chimique complet de la Syrie d'ici la mi-2014.

    Cette résolution historique a été adoptée dans la foulée d'un accord russo-américain sur le démantèlement de l'arsenal chimique syrien, qui a éloigné la menace d'une frappe américaine, brandie après l'attaque chimique meurtrière du 21 août dernier près de Damas.

    Dossier:
    Armes chimiques syriennes (496)

    Lire aussi:

    «Vous trouvez ça normal?»: Sergueï Lavrov évoque la mission de l'OIAC en Syrie
    Attaque à Khan Cheikhoun: «Toutes les accusations contre Damas sont sans fondement»
    Soutien à la Syrie: Trump examine le durcissement des sanctions contre Moscou et Téhéran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik