Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Nucléaire iranien: levée des sanctions, question la plus difficile (Moscou)

    International
    URL courte
    Nucléaire iranien (2014) (1478)
    0 1 0 0

    Moscou estime que la levée des sanctions des Etats-Unis et de l'Union européenne contre l'Iran constitue la question la plus difficile des négociations sur le programme nucléaire iranien, a déclaré le représentant spécial du président russe pour le Proche-Orient Mikhaïl Bogdanov.

    Moscou estime que la levée des sanctions des Etats-Unis et de l'Union européenne contre l'Iran constitue la question la plus difficile des négociations sur le programme nucléaire iranien, a déclaré jeudi le représentant spécial du président russe pour le Proche-Orient Mikhaïl Bogdanov.

    "La levée des sanctions, introduites notamment à titre unilatéral par les Etats-Unis et les pays de l'UE, va sans doute constituer l'une des questions les plus difficiles (…). Nous avons souligné à maintes reprises que les sanctions unilatérales aggravaient la situation économique de l'Iran, mais entravaient d'abord et surtout la recherche de solutions aux problèmes liés au programme nucléaire iranien", a indiqué dans une interview à l'agence Bloomberg M.Bogdanov, vice-ministre russe des Affaires étrangères.

    Selon Moscou, le règlement définitif de ces problèmes passe par la reconnaissance inconditionnelle du droit de l'Iran à développer son programme nucléaire civil, y compris du droit à l'enrichissement d'uranium, qui fait partie des droits inaliénables de ce pays selon le Traité de non-prolifération des armes nucléaires (TNP). 

    "Il va sans dire que toutes les questions (liées au programme nucléaire iranien, ndlr) doivent être élucidées et que toutes les activités (de l'Iran, ndlr) en la matière doivent être mises sous le contrôle total de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA)", a précisé le diplomate. Et de conclure que si une telle entente était enregistrée, toutes les sanctions sans exception devraient être levées.

    Les Occidentaux et Israël soupçonnent l'Iran de cacher un volet militaire sous couvert de son programme nucléaire civil, ce que Téhéran dément formellement.

    L'Iran et les six médiateurs internationaux sur le dossier nucléaire iranien (Russie, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Chine et Allemagne) ont eu les 15 et 16 octobre derniers à Genève des négociations après six mois d'interruption. C'était première rencontre entre les Six et l'Iran depuis l'arrivée au pouvoir à Téhéran de Hassan Rohani, un président considéré comme modéré par l'Occident. Le prochain round est prévu à Genève les 7 et 8 novembre.

    Dossier:
    Nucléaire iranien (2014) (1478)

    Lire aussi:

    Accord nucléaire: où passe la ligne rouge pour l’Iran?
    Les USA veulent se retirer de l'accord nucléaire et en rendre l’Iran responsable
    Nucléaire iranien: «Nos partenaires ont plus à perdre que nous», selon Téhéran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik