Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Crimée: les sanctions US absurdes (vice-premier ministre)

    International
    URL courte
    Sanctions contre la Russie (826)
    0 62

    Le vice-premier ministre de la Crimée, Roustam Temirgaliev, qualifie d'absurde le nouveau train de sanctions lancées par Washington contre des responsables de la péninsule et estime qu'il s'agit d'une simple pression psychologique.

    Le vice-premier ministre de la Crimée, Roustam Temirgaliev, qualifie d'absurde le nouveau train de sanctions lancées par Washington contre des responsables de la péninsule et estime qu'il s'agit d'une simple pression psychologique.

    Le département américain du Trésor a décrété vendredi des sanctions contre un groupe de hauts fonctionnaires criméens et la société Chernomorneftegaz basée sur la péninsule. Les autorités américaines ont gelé toutes les opérations financières de l'entreprise et des personnes visées par les sanctions et ont interdit aux citoyens américains de traiter des affaires avec les intéressés. 

    "Les sanctions me laissent indifférent. Je ne possède ni d'avoirs ni de biens à l'étranger. Voici pourquoi cette mesure répressive ne me pose pas de problème", a déclaré samedi M. Temirgaliev à RIA Novosti.

    "Il s'agit visiblement d'une tentative de pression psychologique, mais cette pression n'a aucun effet sur moi. Ces sanctions sont absurdes", a ajouté le vice-premier ministre de la Crimée.  

    Selon lui, les Etats-Unis, qui cherchent à intimider tout le monde par leurs "sanctions", font preuve d'arbitraire, car personne n'a le droit de punir les gens pour leurs idées et convictions politiques. 

    La Crimée, dont la population est en majorité russophone, s'est rattachée à la Russie suite à un référendum tenu le 16 mars. Plus de 96% des participants au scrutin ont voté pour l'entrée de la péninsule dans la Fédération de Russie. Les autorités de Kiev soutenues par les Etats-Unis et l'Union européenne ont qualifié ce résultat d'"annexion".

    Dossier:
    Sanctions contre la Russie (826)

    Lire aussi:

    «La Crimée n'a pas peur des sanctions occidentales»
    Les sanctions européennes visant la Crimée prolongées d'un an
    Pourquoi les États-Unis doivent-ils arrêter d’imposer des sanctions à tort et à travers
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik