Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Frontière russo-ukrainienne: pas de concentration de troupes russes (Kremlin)

    International
    URL courte
    Situation explosive dans l'est de l'Ukraine (1212)
    0 0 0

    Moscou est surpris par les déclarations selon lesquelles les troupes russes seraient massées à la frontière avec l'Ukraine, a déclaré vendredi le porte-parole du président russe, Dmitri Peskov, ajoutant qu'il ne s'agissait que de renforcer la frontière d'Etat.

    Moscou est surpris par les déclarations selon lesquelles les troupes russes seraient massées à la frontière avec l'Ukraine, a déclaré vendredi le porte-parole du président russe, Dmitri Peskov, ajoutant qu'il ne s'agissait que de renforcer la frontière d'Etat.  

    "Nous sommes surpris par les déclarations sur la concentration des troupes russes à la frontière avec l'Ukraine. Il ne s'agit pas de masser les troupes, mais de prendre des mesures visant à renforcer la sécurité des frontières de la Fédération de Russie et entreprises sur ordre du président Vladimir Poutine", a expliqué M.Peskov.  

    "La directive appropriée a été donnée il y a quelques semaines (…) suite l'augmentation des cas de violation de la frontière d'Etat, y compris par le matériel militaire", a expliqué le porte-parole.  

    "Quant aux effectifs, leur nombre est déterminé en fonction des besoins nécessaires à la sécurisation de la frontière", a conclu Dmitri Peskov.  

    Jeudi, le secrétaire général de l'Otan Anders Fogh Rasmussen a déclaré que, selon les informations de l'Alliance, plusieurs milliers de militaires russes étaient déployés le long de la frontière avec l'Ukraine. 

    Dossier:
    Situation explosive dans l'est de l'Ukraine (1212)

    Lire aussi:

    «Retirez vos soldats!» Le Kremlin répond aux accusations de l’Otan
    Et si une guerre éclatait entre Moscou et Kiev? Rasmussen raconte qui la gagnerait
    Poutine: nos militaires n’approchent pas les frontières de l’Otan, c’est elle qui le fait
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik