Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Caucase: l'Ossétie du Sud veut un traité sur le non-recours à la force

    International
    URL courte
    0 01
    S'abonner

    L'Ossétie du Sud insiste sur la nécessité de signer un traité de non-recours à la force avec la Géorgie, a déclaré mardi le représentant spécial du président sud-ossète Mourat Djioïev à la veille d'un nouveau round des discussions de Genève sur la sécurité dans le Caucase du Sud.

    L'Ossétie du Sud insiste sur la nécessité de signer un traité de non-recours à la force avec la Géorgie, a déclaré mardi le représentant spécial du président sud-ossète Mourat Djioïev à la veille d'un nouveau round des discussions de Genève sur la sécurité dans le Caucase du Sud.

    "La signature de documents juridiquement contraignants sur le non-recours à la force reste la principale question", a indiqué M.Djioïev lors d'une réunion avec les représentants de l'Onu, de l'OSCE et de l'UE pour les discussions de Genève.

    Le représentant de l'UE Herbert Salber a pour sa part promis de tout mettre en œuvre afin de trouver une solution aux problèmes évoqués par les participants aux négociations.

    Les discussions de Genève sur la sécurité et la stabilité dans le Caucase du Sud ont été lancées suite au conflit d'août 2008 en Ossétie du Sud. Elles se déroulent depuis octobre 2008, réunissant les délégations géorgienne, russe et américaine, ainsi que les représentants de l'Abkhazie, de l'Ossétie du Sud, de l'Union européenne, de l'Onu et de l'OSCE.

    Le 8 août 2008, la Géorgie a lancé une offensive militaire contre l'Ossétie du Sud, détruisant la capitale sud-ossète Tskhinvali. La Russie est alors intervenue dans le conflit et a contraint la Géorgie à la paix avant de reconnaître l'indépendance de l'Ossétie du Sud et de l'Abkhazie, autre ancienne autonomie géorgienne.

    La signature d'un traité de non-recours à la force demeure la principale question des discussions de Genève. Tbilissi, qui considère la guerre en Ossétie du Sud comme un conflit russo-géorgien, refuse de signer ce traité avec Tskhinvali et Soukhoumi.

    Moscou estime pour sa part que l'engagement de la Géorgie à ne pas agresser l'Ossétie du Sud et l'Abkhazie doit être fixé par un document contraignant.

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik