Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Ukraine: 50.000 réfugiés dans le sud de la Russie

    International
    URL courte
    Situation concernant les réfugiés ukrainiens (2014) (67)
    0 01
    S'abonner

    Plus de 50.000 réfugiés ukrainiens ont été accueillis dans le District fédéral russe du Sud, a appris l'agence RIA Novosti auprès d'un porte-parole de l'antenne régionale du ministère russe des Situations d'urgence (MSU).

    Plus de 50.000 réfugiés ukrainiens ont été accueillis dans le District fédéral russe du Sud, a appris l'agence RIA Novosti auprès d'un porte-parole de l'antenne régionale du ministère russe des Situations d'urgence (MSU). 

    "A ce jour, plus de 50.000 personnes ont été accueillies sur le territoire du district, dont 10.000 sont placées dans des camps d'accueil temporaires et plus d'un millier dans des campings", a expliqué l'interlocuteur de l'agence. 

    A la fin juin, ce district comptait 13.500 réfugiés ukrainiens d'après Vladimir Oustinov, représentant plénipotentiaire du président dans la région sud. 

    L'afflux de réfugiés ukrainiens en Russie a augmenté au cours de ces dernières semaines suite à l'intensification des combats opposant les forces d'autodéfense à l'armée régulière d'Ukraine dans le sud-est du pays.

    Selon le délégué du président russe aux droits des enfants Pavel Astakhov, au total la Russie a accueilli 180.000 Ukrainiens, dont 21.000 enfants. Ils ont été répartis entre 60 régions du pays. La région de Rostov, qui fait partie du District fédéral du Sud, a accueilli le plus important nombre de réfugiés.  

    Les autorités ukrainiennes mènent depuis le 15 avril une opération spéciale d'envergure dans le sud-est du pays en vue de réprimer la révolte populaire qui a éclaté suite au renversement du régime du président Ianoukovitch le 22 février dernier. Les forces armées ukrainiennes utilisent des blindés, des armes lourdes et des avions.

    Dossier:
    Situation concernant les réfugiés ukrainiens (2014) (67)
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik