Ecoutez Radio Sputnik
International

MH17: les insurgés invitent les experts malaisiens sur le lieu du crash

International
URL courte
Crash d'un Boeing malaisien en Ukraine (253)
01001

Les forces d'autodéfense de la République populaire de Donetsk (RPD) contrôlent la majeure partie de la région où s'est écrasé le vol MH17 et invitent les experts malaisiens à se rendre sur le lieu du crash, a déclaré le vice-premier ministre de la république autoproclamée, Andreï Pourguine, dans une interview à RIA Novosti.

Les forces d'autodéfense de la République populaire de Donetsk (RPD) contrôlent la majeure partie de la région où s'est écrasé le vol MH17 et invitent les experts malaisiens à se rendre sur le lieu du crash, a déclaré le vice-premier ministre de la république autoproclamée, Andreï Pourguine, dans une interview à RIA Novosti.  

"Nous contrôlons la majeure partie de cette région. Les fragments de l'avion sont toujours là, mais ce qui surprend le plus, c'est qu'aucun pays européen ou autre n'en a besoin. Cette situation me semble étrange. J'ai l'impression qu'ils sont spécialement abandonnés pour être volés", a indiqué M. Pourguine.  

A la question de savoir ce qu'il pense du travail des experts étrangers chargés d'enquêter sur les causes de la tragédie, le responsable de la RPD a répondu: "J'ai du mal à qualifier cela de «travail», car aucun travail n'a eu lieu".   

"Le vrai travail a été effectué par notre ministère des Situations d'urgence qui a ramassé plus de 300 cadavres sur un territoire de 20 kilomètres carrés. Ça, c'est du vrai travail. Nous avons également recherché des objets personnels parmi les débris. Les boîtes noires n'ont pas non plus été découvertes par les spécialistes étrangers. Nous les avons longtemps attendus, mais ils sont venus à plusieurs reprises par groupes de trois à quatre personnes pour une très courte durée", a constaté le vice-premier ministre de la République populaire de Donetsk.

Dossier:
Crash d'un Boeing malaisien en Ukraine (253)
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik