Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Poutine a toujours plus de sympathisants en France (médias)

    International
    URL courte
    0 3920

    De plus en plus d'hommes et de femmes politiques français soutiennent le président russe, la position de la Russie vis-à-vis de l'Ukraine et ne font pas confiance aux intentions "pacifiques" des USA, écrit le quotidien Le Monde.

    De plus en plus d'hommes et de femmes politiques français soutiennent le président russe, la position de la Russie vis-à-vis de l'Ukraine et ne font pas confiance aux intentions "pacifiques" des USA, en dépit de relations compliquées avec l'Occident, rapporte Le Monde. 

    La crise de Crimée et les sanctions contre la Russie ont été pour Moscou l'occasion de mesurer l'étendue de ses soutiens. A gauche, Jean-Pierre Chevènement et Jean-Luc Mélenchon; à droite, François Fillon, Philippe de Villiers ; à l'extrême droite, Marine Le Pen. Il faut désormais y inclure Nicolas Sarkozy, qui avait déclaré lors qu'il ne serrerait pas la main de Vladimir Poutine. Or, depuis la guerre russo-géorgienne d'août 2008, il a changé d'attitude, et l'on constate même une franche proximité entre les deux hommes. 

    Le regain de russophilie date en France de l'invasion américaine de l'Irak en 2003, que Paris et Moscou critiquaient de concert. Selon le quotidien, les gaullo-mitterrandiens, qui ont gardé leur méfiance envers l'Otan et croient en l'existence d'un plan américain contre le retour de la puissance russe. 

    Les politiciens prorusses l'ont vu en action pendant la révolution sur le Maïdan et se sont empressés de soutenir le président russe, écrit Le Monde. 

    "Je suis absolument révolté par l'attitude des États-Unis, qui soutiennent les rébellions partout dans le monde, surtout quand ils les ont suscitées", a déclaré le président d'honneur du Front national Jean-Marie Le Pen après le référendum en Crimée. Marine Le Pen a noté pour sa part qu'elle admirait le président russe qui agissait "dans l'intérêt de son pays et de sa nation". 

    La Russie peut également compter en France sur le soutien des gaullo-mitterrandiens, selon le quotidien, qui ont toujours aspiré à maintenir des relations d'équilibre entre l'Europe et la Russie. 

    "Avec quinze milliards d'euros de commandes russes à notre industrie, la Russie est un relais de croissance de l'Europe. Nous avons un partenariat stratégique à renforcer", a déclaré Jean-Pierre Chevènement, ancien ministre de la Défense sous la présidence de François Mitterrand.

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik