Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Mistral: "vrai problème de crédibilité" pour la France (expert)

    International
    URL courte
    La Russie achète un BPC Mistral (316)
    0 2111

    La non-livraison des BPC Mistral commandés par la Russie serait susceptible de saper la confiance accordée à la France en tant que partenaire d'affaires, estime Gilles Rémy, expert français en matière de commerce mondial et de soutien aux exportations.

    La non-livraison des BPC Mistral commandés par la Russie serait susceptible de saper la confiance accordée à la France en tant que partenaire d'affaires, estime Gilles Rémy, expert français en matière de commerce mondial et de soutien aux exportations.

    "Le préjudice financier que nous connaîtrions si nous ne livrons pas les bateaux serait bien inférieur au préjudice pour nos exportations et pour notre industrie de défense. Vous savez que la France est en situation financière et budgétaire difficile, et donc elle doit exporter (…). En France, tous les grands industriels de l'armement ont conscience que la non-livraison nous poserait un vrai problème de crédibilité", a déclaré M.Rémy au cours d'une visioconférence Moscou-Paris organisée vendredi par RIA Novosti.

    Dans ce contexte, compte tenu des risques liés à l'éventuelle non-livraison de porte-hélicoptères, il y a lieu d'espérer que Paris finira par remettre les bateaux à la Fédération de Russie, prétend M.Rémy.

    "Il est évident que, quel que soit le pays, on ne peut pas conditionner la vente d'un armement à son utilisation future ou à une appréciation qu'on aurait de sa politique internationale. Le préjudice pour nous serait très important, et c'est pourquoi je ne peux pas croire que nous n'allons pas livrer les bateaux, je reste optimiste", conclut l'expert français.

    Mardi 25 novembre, le président français François Hollande a suspendu la livraison à la Russie d'un premier bâtiment de projection et de commandement (BPC) de classe Mistral, considérant que la situation actuelle dans l'est de l'Ukraine ne permettait toujours pas la livraison du premier BPC.

    Dossier:
    La Russie achète un BPC Mistral (316)
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik