Ecoutez Radio Sputnik
    Entrée du siège de la CIA

    Tortures dans les prisons de la CIA: pas de justification possible (Ankara)

    Central Intelligence Agency
    International
    URL courte
    0 61

    La Turquie a condamné sans réserve les tortures infligées aux terroristes présumés dans les prisons secrètes de la CIA, rapporte le ministère turc des Affaires étrangères.

    La Turquie a condamné sans réserve les tortures infligées aux terroristes présumés dans les prisons secrètes de la CIA, rapporte jeudi le ministère turc des Affaires étrangères. 

    "Selon les premières évaluations du rapport du Sénat américain sur les tortures infligées par la CIA aux terroristes présumés dans les prisons secrètes, il s'agit de violations très graves des droits de l'homme (…). Une telle pratique n'a aucune justification", lit-on dans le communiqué.

    Le Sénat américain a publié un rapport de 500 pages sur le programme de la CIA appliqué sous l'administration de George W. Bush après les attentats du 11 septembre 2001, permettant d'appréhender des individus soupçonnés de terrorisme, de les envoyer dans des prisons secrètes à l'étranger et de les torturer pour obtenir des informations sur Al-Qaïda.

    Selon ce rapport,  "la violence des agents sortait largement du cadre légal", en particulier quand ils recouraient aux méthodes telles que la simulation de noyade, l'alimentation par voie rectale, la privation de sommeil, la détention dans des espaces confinés et les insultes".

    Ce document a provoqué un écho sans précédent aussi bien en Amérique qu'à l'étranger. Bien que le rapport compte presque 6 000 pages, seulement 500 d'entre elles ont été rendues publiques.

    Lire aussi:

    «Nous allons envoyer ces navires US au fond de la mer avec des armes secrètes», promet un général iranien
    La photo de l’homme à l’origine de l’explosion à Lyon publiée
    EN CONTINU Au moins 13 blessés dans une explosion à Lyon: Macron parle d’une «attaque» (images)
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik