Ecoutez Radio Sputnik
    International

    L'UE ne veut pas de "chaos économique" en Russie (Sigmar Gabriel)

    International
    URL courte
    Situation économique en Russie (61)
    0 41
    S'abonner

    L'Allemagne et l'Union européenne ne sont pas intéressées à ce que la Russie sombre dans un chaos économique, a déclaré le vice-chancelier allemand Sigmar Gabriel.

    L'Allemagne et l'Union européenne ne sont pas intéressées à ce que la Russie sombre dans un chaos économique, a déclaré le vice-chancelier allemand Sigmar Gabriel.

    "En fin de compte, l'Allemagne et l'Europe ne peuvent pas être intéressées à ce que la Russie glisse vers un chaos économique. Pour cette raison, il est incorrcect d'exiger que l'UE renforce ses sanctions à l'encontre de Moscou", a indiqué M.Gabriel dans une interview accordée au journal Tagesspiegel.

    Auparavant, le chancelier fédéral autrichien Werner Faymann s'est également prononcé contre l'idée de durcir les sanctions européennes visant la Fédération de Russie.

    Les relations entre Moscou et l'Occident se sont dégradées sur fond de crise en Ukraine et d'adhésion de la Crimée à la Russie. Les Etats-Unis, l'UE, le Canada ainsi que l'Australie et la Nouvelle-Zélande ont adopté le premier train de sanctions contre la Russie à la mi-mars 2014. Fin juillet, les Etats-Unis et l'UE ont instauré des sanctions contre plusieurs secteurs de l'économie russe.

    Moscou a riposté en imposant un embargo sur les denrées alimentaires provenant des Etats-Unis, de l'UE, de l'Australie, du Canada et de la Norvège.

    Dossier:
    Situation économique en Russie (61)

    Lire aussi:

    En boule au sol, il est roué de coups de matraque et de pied par des policiers à Paris le 5 décembre – vidéo
    Elle organise un duel entre son mari et son amant, le premier décède touché à 35 reprises
    Entre le Québec et l’Espagne, la guerre des mots fait rage
    Tirs dans une base de l’US Navy en Floride: des morts et des blessés
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik