Ecoutez Radio Sputnik
    Le ministre israélien des Affaires étrangères Avigdor Lieberman

    Ukraine-Russie: Israël prêt à assurer une médiation (ministre)

    © RIA Novosti. Alexei Druzhinin
    International
    URL courte
    Règlement de la situation en Ukraine (2014) (2149)
    0 12321

    Israël est prêt à jouer le rôle de médiateur entre la Russie et l'Ukraine, a annoncé lundi le ministre israélien des Affaires étrangères Avigdor Lieberman dans une interview accordée à RIA Novosti.

    Israël est prêt à jouer le rôle de médiateur entre la Russie et l'Ukraine, a annoncé lundi le ministre israélien des Affaires étrangères Avigdor Lieberman dans une interview accordée à RIA Novosti.

    "La neutralité d'Israël dans le conflit russo-ukrainien est la position la plus raisonnable. Mais neutralité n’est pas synonyme de passivité. Nous avons de bonnes relations avec les deux parties: Moscou et Kiev ont confiance en nous", a indiqué le diplomate.

    "Il s'agit d'une bonne base pour les efforts de médiation. Nous avons plusieurs fois déclaré que nous étions prêts à les déployer et il ne s'agit pas uniquement de déclarations. C'est justement parce que nous aussi, nous sommes originaires de ces pays, que nous pouvons comprendre les deux parties. Si, il y a deux ans, quelqu’un m’avait dit que l’Ukraine et la Russie deviendraient des adversaires, je lui aurais conseillé de consulter un médecin. Mais la réalité nous réserve des surprises comme celle-ci", a déploré le diplomate.

    Lundi, le chef de la diplomatie israélienne doit se rendre à Moscou pour rencontrer son homologue russe Sergueï Lavrov et le vice-premier ministre Arkadi Dvorkovitch.

    Dossier:
    Règlement de la situation en Ukraine (2014) (2149)

    Lire aussi:

    Israël empêchera l’Iran de déployer des bases militaires en Syrie
    Poutine informé sur des «infos top secret concernant l'Iran»
    Trêve en Syrie: la Russie et les USA ont «tout fait» pour respecter les intérêts d’Israël
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik