International
URL courte
0 51
S'abonner

Les négociations entre les représentants du gouvernement syrien et de l'opposition qui ont débuté lundi à Moscou pourraient permettre de préparer la tenue d'une conférence visant à régler la crise dans le pays, a déclaré lundi le président syrien Bachar el-Assad dans une interview accordée à la revue Foreign Affairs.

Les négociations entre les représentants du gouvernement syrien et de l'opposition qui ont débuté lundi à Moscou pourraient permettre de préparer la tenue d'une conférence visant à régler la crise dans le pays, a déclaré lundi le président syrien Bachar el-Assad dans une interview accordée à la revue Foreign Affairs.

"Ce qui se déroule à Moscou, ce ne sont pas des négociations visant à régler la crise, ce n'est que la préparation d'une conférence. Lorsque vous parlez de l'opposition comme d'une entité, qui aura de l'influence sur les autres? Ce n'est pas clair pour le moment. Aussi, l'optimisme serait exagéré. Je ne dirais pas que mon attitude est pessimiste. Je dirais que nous avons de l'espoir, dans chaque action", a indiqué le chef de l'Etat syrien.

Auparavant, le président syrien a déclaré qu'il espérait que les négociations inter-syriennes du 26 au 29 janvier à Moscou permettraient de jeter les bases d'un dialogue.

Les négociations se dérouleront en deux étapes. Lors de la première, qui durera du 26 au 27 janvier, les représentants de l'opposition devront déterminer la stratégie des négociations et leur ordre du jour. La deuxième étape, du 28 au 29 janvier, sera consacrée aux négociations entre l'opposition et la délégation de Damas.

Lire aussi:

Mohammed VI a ordonné la destruction d’édifices flambant neufs dans une toute nouvelle station balnéaire
Alexandra de Taddeo «soutient» Pavlenski et a expliqué son rôle dans la diffusion de vidéos X de Griveaux
Un grand requin blanc surgit devant un bateau de pêcheurs, le capitaine «choqué» – vidéo
Voici pourquoi il ne faut jamais conserver les œufs dans la porte d’un réfrigérateur
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook