Ecoutez Radio Sputnik
    Paolo Gentiloni

    Irak: des armes et des instructeurs italiens pour combattre l'EI

    © East News. ASSOCIATED PRESS/FOTOLINK
    International
    URL courte
    L'Etat islamique (2014) (1131)
    0 62

    Rome enverra prochainement des armes et des conseillers militaires en Irak et au Kurdistan irakien engagés dans la lutte contre le groupe Etat islamique.

    L'Italie enverra des armes et des instructeurs militaires à Bagdad et à Erbil pour aider l'Irak et le Kurdistan irakien à combattre le groupe terroriste Etat islamique (EI), a annoncé mardi le chef de la diplomatie italienne Paolo Gentiloni lors d'une conférence de presse conjointe avec le premier ministre du Kurdistan irakien, Netchirvan Barzani.  

    "Nous réaffirmons le soutien apporté par l'Italie aussi bien au gouvernement central qu'au gouvernement kurde dans la lutte contre l'EI. Dans cette lutte, les forces d'autodéfense kurdes — les Peshmerga — ont obtenu de bons résultats. Nous nous engageons à envoyer des armes et des instructeurs à Bagdad et à Erbil", a déclaré M. Gentiloni.

    Il a souligné que la situation en Irak restait "très grave" malgré les succès remportés dans la lutte contre les djihadistes de l'Etat islamique. Selon le ministre italien, cette situation requiert une coopération entre la coalition internationale et les forces hostiles à l'EI, dont les troupes régulières irakiennes et les combattants kurdes.

    L'expansion du groupe djihadiste Etat islamique figure actuellement parmi les défis internationaux les plus graves. Une des organisations terroristes les plus cruelles, l'EI a proclamé en juillet 2014 un califat islamique sur les territoires irakiens et syriens tombés sous son contrôle. Le groupe, qui compterait près de 30.000 combattants selon la CIA, poursuit son agression en vue d'élargir ses conquêtes territoriales.

    Dossier:
    L'Etat islamique (2014) (1131)

    Lire aussi:

    Renzi: le moment est inapproprié pour une intervention militaire en Libye
    Face à la menace de l’État islamique, l'Europe renoue avec l’Égypte
    « Eliminer l’Etat islamique ne veut pas dire qu’on n’aura pas 50 Etats islamiques derrière »
    Tags:
    Peshmerga, Etat islamique, Netchirvan Barzani, Paolo Gentiloni, Irak, Erbil, Bagdad, Kurdistan, Italie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik