International
URL courte
0 303
S'abonner

Pyongyang accuse les forces "hostiles" à la Corée du Nord d'instrumentaliser les droits de l’homme à des fins politiques.

Le rapport, présenté l'année dernière par le Conseil des droits de l'homme (CDH) de l'Onu sur la situation en la matière en Corée du Nord, repose sur des "témoignages mensongers de criminels", ce qui est attesté par des faits, a affirmé mardi le chef de la diplomatie nord-coréenne Ri Su Yong.

"La situation en matière de droits de l'homme reste tendue dans notre pays, et les forces hostiles ne veulent écouter que les propos de ces bas-fonds que sont les transfuges qui après avoir perpétré des crimes ont fui le pays, en abandonnant parents, femmes et enfants", a déclaré le ministre lors d'une réunion du CDH à Genève.

La Commission d’enquête des droits de l’homme en République populaire démocratique de Corée a dévoilé en février 2014 un rapport accusant Pyongyang de "violations systématiques, étendues et sérieuses des droits de l’homme", appelant le Conseil de sécurité à envoyer la Corée du Nord devant la Cour pénale internationale (CPI). 

De son côté, la Corée du Nord se dit disposée à collaborer avec les Nations Unies et d’autres organisations internationales des Droits de l’Homme, pourvu que la question ne soit ni politisée, ni instrumentée par son "ennemi historique que sont les Etats-Unis d’Amérique".

Pyongyang ne cesse d'accuser Washington d'instrumentaliser les droits de l'homme à des fins politiques.

Lire aussi:

L'Onu veut poursuivre Kim Jong-un pour crimes contre l'humanité (médias)
Corée du Nord: nouveaux tests nucléaires envisagés (expert US)
La Corée du Nord menace d'effectuer un nouvel essai nucléaire
Un astéroïde géant fonce droit sur la Terre
Tags:
Cour pénale internationale (CPI), Conseil des droits de l'homme de l’ONU, Ri Su Yong, Corée du Nord, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik