International
URL courte
Traité FNI (137)
213116
S'abonner

Washington prétend que Moscou pourrait violer le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI) et se prépare à riposter.

Craignant que la Russie ne viole le Traité sur l'élimination des missiles de moyenne et de plus courte portée (Traité FNI), les Etats-Unis envisagent une riposte militaire, a indiqué mercredi le secrétaire américain à la Défense Ashton Carter lors des auditions au Congrès. 

"Nous examinons nos alternatives en matière de défense contre les systèmes que les Russes peuvent déployer en violation du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire", a déclaré le chef du Pentagone.

Les Etats-Unis ont plus d'une fois accusé la Russie d'avoir mis au point des systèmes susceptibles, selon Washington, de violer le Traité FNI. Moscou rejette toutes ces accusations et appelle les Américains à produire des preuves concrètes des violations supposées. 

Signé en 1987, le Traité soviéto-américain sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI) est entré en vigueur en 1988. Les Etats-Unis et l'URSS se sont engagés à détruire, trois ans au plus tard après l'entrée en vigueur du Traité, tous leurs missiles balistiques et de croisière lancés à partir du sol et ayant une portée comprise entre 500 et 1.000 kilomètres et ceux dont la portée est comprise entre 1.000 et 5.500 kilomètres. Le Traité interdit aussi les essais en vol, la modernisation et la production de tels missiles. Washington et Moscou ont rempli leurs engagements en 1991 et ont organisé des inspections réciproques jusqu'à 2001.

Somme toute, que le Traité FNI était entièrement rempli en juin 1991.

Dossier:
Traité FNI (137)

Lire aussi:

Traité FNI: rencontre Russie-USA au niveau des experts en septembre
Traité FNI: Choïgou et Hagel conviennent d'entretenir les contacts
Moscou confirme à Washington son attachement au Traité FNI
Violation du traité FNI: Moscou rejette les accusations de Washington
Tags:
Ashton Carter, Russie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook