International
URL courte
La Crimée, une région qui a décidé de redevenir russe (189)
0 351
S'abonner

Selon un représentant de la Commission pour la coopération entre Moscou et Taiwan, les investisseurs taïwanais considèrent la Crimée comme un marché prometteur.

La Crimée pourrait intéresser les milieux d'affaires taïwanais alors que le gouvernement russe cherche à attirer des investisseurs sur la péninsule, a déclaré lundi le président du bureau moscovite de la Commission pour la coopération économique et culturelle entre Moscou et Taïwan, Antonio Chen. 

"Si la Russie et Taïwan signent un accord de protection réciproque des investissements, les sociétés taïwanaises pourront considérer la Crimée comme un marché prometteur", a indiqué M.Chen devant les journalistes. 

Selon lui, le tourisme est le domaine le plus attrayant pour les investisseurs en Crimée. 

M.Chen a estimé que Taïwan et la Russie pourraient ensuite élargir leur coopération vers d'autres domaines. Taipei est favorable aux activités des investisseurs taïwanais en Crimée et "ne pose aucune restriction concernant le reste de la Russie", a conclu le responsable. 

Peuplée en majorité de russophones, la Crimée a proclamé son indépendance vis-à-vis de l'Ukraine et sa réunification avec la Russie suite à un référendum organisé après le coup d'Etat ukrainien du 22 février 2014. Kiev et les pays occidentaux ne reconnaissent pas le référendum du 16 mars et dénoncent une "annexion" de la péninsule de Crimée. 

Selon Moscou, le référendum et la réunification de la Crimée avec la Russie se sont déroulée conformément aux normes du droit international et à la Charte des Nations unies.

Dossier:
La Crimée, une région qui a décidé de redevenir russe (189)

Lire aussi:

Berne: une manifestation de soutien à la Crimée
Yukio Hatoyama: la réunification Crimée-Russie, un processus démocratique
Une meute de loups dévore un chien et oblige un homme à grimper dans un arbre en centre-ville – vidéo choc
Tags:
Antonio Chen, Taïwan, Crimée, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik