Ecoutez Radio Sputnik
    Lors des célébrations de l'anniversaire de la réunification de la Crimée avec la Russie

    Forbes: les Criméens vivent mieux au sein de la Russie

    © REUTERS/ Maxim Shemetov
    International
    URL courte
    La Crimée, une région qui a décidé de redevenir russe (186)
    196451628

    Selon le magazine americain Forbes, les Etats-Unis et l'UE devraient renoncer aux tentatives de "sauver" les habitants de la Crimée qui sont satisfaits d'être devenus citoyens russes.

    D'après de nombreux sondages réalisés par des sociétés occidentales, les habitants de la Crimée sont satisfaits que leur péninsule fasse partie de la Russie depuis mars 2014 et ne souhaitent pas revenir au sein de l'Ukraine, a annoncé lundi le magazine américain Forbes

    Les Etats-Unis et l'UE devraient cesser leurs discussions sur la nécessité de "sauver" la Crimée, puisque "sondage après sondage, on voit que les habitants locaux, qu'ils soient Ukrainiens, Russes ethniques ou Tatars de Crimée, sont unanimes à constater qu'il est mieux de vivre en Russie qu'en Ukraine", a indiqué le magazine. 

    Forbes cite notamment les résultats d'un sondage organisé par l'institut américain Gallup en juin 2014. 82,8% des Criméens sont persuadés que les résultats du référendum sur le statut de la Crimée reflètent leur position. Plus de 73% des sondés ont déclaré que l'adhésion à la Russie améliorerait leurs conditions de vie. 

    Selon le sondage effectué par le groupe allemand GfK Group, seul 1% des Criméens considèrent les médias ukrainiens comme dignes de foi et seulement 4% ont qualifié les informations diffusées par ces médias de "plutôt dignes de foi".

    Dossier:
    La Crimée, une région qui a décidé de redevenir russe (186)

    Lire aussi:

    Les Taïwanais pourraient investir en Crimée
    "Crimée. Retour à la Patrie": le réalisateur remercie les USA pour la publicité
    Crimée & Russie : un an déjà depuis le ralliement historique
    Crimée: Moscou dénonce une "réunion provocatrice" à l'Onu
    Tags:
    Forbes, Union européenne (UE), Crimée, Ukraine, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik