International
URL courte
1507
S'abonner

Un général américain à la retraite invite Washington et Moscou à commémorer ensemble le 70e anniversaire de la rencontre sur l'Elbe entre militaires russes et américains.

Il y a presque 70 ans, quand la Seconde Guerre mondiale touchait à sa fin, des soldats russes et américains se sont rencontrés sur l'Elbe près de Torgau. Il s'agissait d'un événement historique pour les deux pays qui menaient une guerre meurtrière mais juste contre des forces prêtes à anéantir le monde entier. Cependant, lors de la Guerre froide, cette fraternité d'armes a été oubliée, écrit le général à la retraite Peter Zwack sur les pages du Washington Times.  

Il est fort probable que cet "événement symbolique" ne sera pas célébré par la Russie et les Etats-Unis. Dans le contexte politique actuel, très malsain, il est difficile d'imaginer les chefs militaires des deux pays se réunir avec une poignée d'anciens combattants encore vivants pour commémorer cet "instant mémorable" de 1945.  

Selon M. Zwack, le refus de tenir cette rencontre, même sans la participation de hauts représentants russes et américains, ne causerait pas seulement un préjudice énorme à la commémoration de la victoire sur le nazisme. Ce refus signifierait que les militaires des deux pays manquent une occasion cruciale de se réunir publiquement pour commencer à "arrondir les angles dangereux dans nos relations".  

Le général doute que ne serait-ce qu’une des parties soutienne son initiative.  

"Je ne sais pas si chaque partie politique acceptera une initiative aussi modeste consistant à rassembler les anciens compagnons d'armes de la Seconde Guerre mondiale pour célébrer la rencontre du 25 avril sur l'Elbe. Je sais que cela ne sera certainement pas possible lors des célébrations politisées, excessivement martiales et triomphales du 9 mai à Moscou", indique Peter Zwack.  

Cependant, estime-t-il, la plupart des pays européens soutiendraient sa proposition de commémorer la rencontre sur l'Elbe. Cette commémoration, que l'Allemagne pourrait accueillir, serait l'occasion d'inviter des militaires d'autres armées alliés, dont certains pays de l'ex-URSS. Mais l'attention principale doit être accordée à la Russie et aux Etats-Unis, dont les soldats ont échangé une poignée de mains en "ce jour fatidique et prometteur d'il y a 70 ans".  

Nous devrions nécessairement organiser cette commémoration "pour convaincre les générations à venir que nous avons fait tout notre possible pour aider le monde à abandonner cette voie dangereuse et trompeuse qui constitue potentiellement une menace pour notre existence commune", a conclu le général Peter Zwack.

Lire aussi:

Ce qu’il en coûte de voler des montres au roi du Maroc
Les talibans annoncent un nouveau crash, cette fois d'un hélicoptère, dans le sud-est de l'Afghanistan
En continu: un avion s'écrase en Afghanistan, le Pentagone annonce le crash de son E-11A - vidéo
Tags:
Seconde Guerre mondiale, Peter Zwack, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik