International
URL courte
0 6710
S'abonner

Pour Leonid Bershidsky, l'Ukraine n'a pas où aller sauf l'Occident.

Le récent sommet du Partenariat oriental à Riga a démontré le dégré de cynisme dans l'attitude de l'Union européenne envers l'Ukraine et les autres pays de l'Europe de l'Est, estime l'observateur de Bloomberg Leonid Bershidsky.

Selon l'analyste, l'UE "n'a pas beaucoup à proposer aux six ex-républiques soviétiques dans l'Est". Ainsi, Bruxelles n'a encore fait "aucune promesse concrète" concernant l'éventuelle entrée de ses partenaires au sein de l'Union ou la levée des visas européens pour les ressortissants de ces pays.

M.Bershidsky rappelle qu'en mars dernier le président ukrainien Piotr Porochenko a déclaré espérer que la décision sur l'abrogation des visas entre l'Ukraine et l'UE serait prise dans le cadre du sommet de Riga.

Critiquant le rôle joué par la Russie dans la situation autour de l'Ukraine, l'auteur indique qu'un rapprochement avec Moscou serait "un cauchemar" pour Kiev.

"Sauf l'Occident, l'Ukraine n'a pas où aller", explique M.Bershidsky.

D'après lui, le chef d'Etat ukrainien est contraint d'accepter le rythme d'intégration européenne imposé à Kiev par Bruxelles. Si M.Porochenko revient à la politique de rapprochement avec la Russie, il subirait le sort de son prédécesseur Viktor Ianoukovitch, renversé en février 2014 après des semaines de contestation populaire sanglante, estime l'observateur.

Pourtant, l'actuel comportement de Moscou face à la crise ukrainienne permet à l'Union européenne de ne pas dynamiser son implication dans le réglement des problèmes de l'Ukraine, de la Géorgie et de la Moldavie, conclut l'analyste.

Lire aussi:

Un effondrement de l'Ukraine plus dangereux pour l'UE que celui de la Grèce
Accord d'association Ukraine-UE: moins de 3% des engagements remplis par Kiev
Crise en Ukraine: Moscou déplore la "vision simpliste" de l'UE
Tags:
Partenariat oriental, Union européenne (UE), Viktor Ianoukovitch, Petro Porochenko, Russie, Ukraine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook