Ecoutez Radio Sputnik
    La téléréalité tchèque Dovolena v Protektoratu

    La téléréalité tchèque ressuscite l'occupation nazie

    © ceskatelevize.cz
    International
    URL courte
    70ème anniversaire de la Victoire dans la II GM (116)
    0 129

    Une émission de téléréalité consacrée à la vie sous l'occupation nazie a été lancée en République tchèque.

    Une nouvelle émission de téléréalité ayant pour titre "Dovolena v Protektoratu" (Vacances dans le Protectorat) a démarré samedi 23 mai. L'idée du show est de faire revivre le contexte terrible de l'occupation nazie à trois générations d'une même famille.

    Le Protectorat de Bohême-Moravie était une forme de gouvernance constituée par l'Allemagne nazie en 1939 et appliquée aux territoires de la Bohème, de la Moravie et de la Silésie tchèque. Le but des producteurs de l'émission est donc de rappeler cette époque historique en mettant l'accent sur l'héroïsme du peuple qui a su surmonter toutes les difficultés.

    "Je crois qu'il serait utile pour nous tous de ressentir l'expérience de cette période difficile de l'histoire de la république, de se retrouver en dehors de notre civilisation, tout comme nos héros, et de ne compter que sur soi-même afin de sauver les enfants et se sauver des épreuves de la guerre", a exprimé son avis le producteur du show Lenka Polakova.

    Les participants de l'émission, qui résideront dans une ferme sur un territoire occupé par les nazis, devront apprendre à travailler dur dans un contexte de déficit de produits alimentaires et à gérer des situations liées aux agents de la Gestapo ou bien aux gendarmes.

    "Quand j'élaborais le concept du show, je cherchais un modèle qui montrerait la vie de l'époque le mieux possible. Au fur et à mesure, j'ajoutais de nouveaux personnages en plus des personnages principaux — le chef de village, les gendarmes, les agents de la Gestapo, la voisine qui se mêle des affaires des autres, le vendeur etc.", a raconté l'auteur du projet Zora Cejnkova aux journalistes.

    Au total, la préparation de ce projet de téléréalité sans précédent a duré deux ans.

    Les personnages principaux, sélectionnés lors du casting parmi des centaines de prétendants par des psychologues, sont sept membres de la famille de Dočekalov dont l'aïeul, âgé de 78 ans, a vécu pendant l'occupation. Les organisateurs affirment que les participants ne savaient pas à quelle période historique ils devraient vivre pendant les quelques mois que dure le projet.

    En cas de victoire, la famille de Dočekalov gagnera près de 40.000 euros.

    Le premier épisode de l'émission hebdomadaire a déjà provoqué un flot de critiques de la part des téléspectateurs. Selon eux, le programme risque de déshonorer la mémoire de ceux qui ont été contraints de vivre à cette période. Un autre aspect inquiétant concerne les limites que les organisateurs de l'émission sont prêts à dépasser. "Les gens savent comment c'était et à quel point c'était terrible. Quelle sera la prochaine étape? Secret Story à Auschwitz?", rapporte The Telegraph citant l'avis de certains spectateurs.

    Sous l'occupation nazie, qui a duré de 1939 à 1945, des centaines de milliers de Tchèques ont été obligés d'effectuer des travaux forcés au profit de l'Allemagne, notamment dans les mines et des entreprises sidérurgiques. Une grande partie des habitants ont été envoyés en Allemagne pour travailler. Des centaines de milliers de juifs tchèques ont été déportés et massacrés au camp de concentration de Theresienstadt, en Bohême, et au camp d'extermination d'Auschwitz.

     

     

    Dossier:
    70ème anniversaire de la Victoire dans la II GM (116)

    Lire aussi:

    Qui a gagné la Seconde Guerre mondiale? La France se prononce
    Ukraine: un diplomate tchèque justifie le massacre d'Odessa
    Convoi de l’Otan en République tchèque: Tanks? No, thanks!
    Un homme armé d’un couteau commet une agression à Villejuif, il aurait crié «Allahu Akbar»
    Tags:
    téléréalité, Seconde Guerre mondiale, République tchèque
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik