Ecoutez Radio Sputnik
    Combats à Ramadi

    Ramadi aux mains de l'EI: les USA doutent de la volonté des Irakiens de se battre

    © REUTERS / Stringer
    International
    URL courte
    L'Etat islamique (2014) (1131)
    0 225
    S'abonner

    Le chef du Pentagone prétend que la ville de Ramadi est tombée aux mains des djihadistes de l'Etat islamique, parce que les soldats irakiens, pourtant beaucoup plus nombreux, se sont tout bonnement retirés de la zone sans combattre.

    L'armée irakienne n'a pas fait preuve de volonté de se battre pour la ville de Ramadi (ouest), tombée il y a une semaine entre les mains des djihadistes de l'Etat islamique (EI), a déclaré le secrétaire d'Etat à la Défense américain, Ashton Carter, sur la chaîne de télévision CNN. 

    "Ce qui est, de toute évidence, arrivé, c'est que les forces irakiennes n'ont pas montré de volonté de se battre. (…) Nous avons un problème avec la volonté des Irakiens de combattre l'EI et de se défendre", a indiqué le chef du Pentagone. 

    Et d'ajouter que les soldats irakiens étaient nettement plus nombreux que leurs adversaires, mais s'étaient pourtant retirés de la ville. 

    "Nous pouvons les entraîner, nous pouvons les équiper mais nous ne pouvons évidemment pas leur donner la volonté de se battre", a souligné M.Carter. 

    Pour sa part, le premier ministre irakien Haïder al-Abadi a assuré dans une interview à la BBC que Ramadi serait reprise "dans quelques jours" par les forces irakiennes.

    Selon le chef du gouvernement irakien, M.Carter a tout simplement reçu des informations inexactes. 

    Le diplomate et politologue iranien Seyed Hadi Afghahi a commenté pour Sputnik les reproches adressés à l'armée irakienne par le chef du Pentagone:

    "M.Carter reproche notamment aux soldats irakiens de ne pas avoir montré de +volonté de se battre+ pour défendre la ville de Ramadi. Mais qui a dissous l'armée irakienne lors de l'invasion américaine en 2003? Les Américains. Cela faisait partie de leur plan de neutralisation des armées puissantes de la région. L'objectif était de les rendre incapables de constituer une menace pour Israël, principal allié de Washington dans la région. 

    La réalisation du plan de neutralisation des armées des pays arabes a commencé par l'Irak. Ensuite, le tour de l'armée libyenne est venu. Aujourd'hui, l'armée syrienne est exposée à d'immenses difficultés, alors que l'aviation saoudienne, soutenue par les Etats-Unis, porte des frappes sur les positions de l'armée yéménite au Yémen. Tel est le véritable objectif de Washington, alors que les accusations de manque de volonté de combattre adressées par le chef du Pentagone à l'endroit de l'armée irakienne témoignent de la peur des Etats-Unis de perdre leur influence dans la région". 

    L'occupation, il y a une semaine, de la ville de Ramadi, capitale de la province d'Al-Anbar qui se situe seulement à une centaine de kilomètres à l'ouest de Bagdad, est devenue l'un des plus éclatants succès remportes par l'EI depuis l'invasion des djihadistes sur le territoire de l'Irak.

    Dossier:
    L'Etat islamique (2014) (1131)

    Lire aussi:

    Syrie: l'Etat islamique exécute 400 civils à Palmyre
    L'Etat islamique exécute 500 civils dans l'ouest de l'Irak
    Tags:
    Etat islamique, Haïder al-Abadi, Ashton Carter, Irak, Ramadi, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik