International
URL courte
Renforcement de la présence de l'Otan en Europe (296)
51773
S'abonner

La situation dans la région de la Baltique est particulièrement préoccupante.

L'Otan ne cesse d'intensifier ses activités à proximité des frontières russes, notamment dans les pays baltes, a déclaré à RIA Novosti le directeur adjoint du Service fédéral russe de sécurité (FSB) Vladimir Koulichov.

"La situation à nos frontières est influencée par l'activité croissante des pays de l'Otan à leur proximité, surtout dans la région de la Baltique, ainsi que par les sanctions économiques et commerciales imposées par les Etats-Unis et les pays d'Europe de l'Ouest à l'encontre de la Fédération de Russie", a indiqué M.Koulichov.

Dans le même temps, il a souligné que les mesures adoptées par Moscou en réponse aux sanctions occidentales avaient entraîné une hausse de la criminalité liée aux activités de groupes clandestins et d'individus se livrant à la contrebande transfrontalière.

Depuis le début de la crise en Ukraine, l'Alliance atlantique ne cesse de renforcer sa présence dans la région de la mer Baltique. Depuis le 1er mai, la mission Baltic Air Policing chargée de protéger l'espace aérien des pays Baltes a doublé le nombre d'avions déployés en Lituanie, le portant à huit appareils. Elle a également envoyé quatre chasseurs F-16 des forces aériennes danoises en Estonie.

La semaine dernière, le secrétaire du Conseil de sécurité russe Nikolaï Patrouchev a déclaré que l'actuelle intensification des activités militaires des Etats-Unis et de l'Otan à proximité des frontières russes menaçait non seulement Moscou, mais aussi ses alliés.

Dossier:
Renforcement de la présence de l'Otan en Europe (296)

Lire aussi:

Otan: la Russie peut envahir Kiev et les pays baltes en deux jours
Baltique : Contre la Russie, Suédois et Polonais renouent leur vieille coalition
L’OTAN, ce loup en peau de mouton
Lituanie: l’armée montre les muscles pendant des manœuvres russes
Tags:
FSB, OTAN, pays baltes, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook