Ecoutez Radio Sputnik
    Logo de la Fifa

    FIFA: derrière le scandale, les Etats-Unis poussent leurs pions

    © AP Photo / Keystone, Steffen Schmidt
    International
    URL courte
    Scandale de corruption à la FIFA (32)
    1757

    Le coup de filet mené en Suisse contre plusieurs responsables de la Fédération internationale de football (Fifa) à la demande des autorités américaines mercredi 27 mai a eu un grand retentissement dans les médias du monde entier.

    L'enquête menée par le FBI depuis le début des années 1990 témoigne de l'implication de certains fonctionnaires de la Fifa dans des affaires de corruption portant sur plus de 150 millions de dollars. Les accusations concernent également les attributions de coupes du monde, les droits de marketing et de télévision, des escroqueries par voie électronique, des cas de racket et de blanchiment d'argent.

    Parmi les responsables interpellés, le New York Times cite le président de la Confédération de football d'Amérique du Nord, d'Amérique centrale et des Caraïbes (Concacaf) Jeffrey Webb, l'ancien vice-président de la FIFA Jack Warner, ainsi qu'un certain nombre de présidents des fédérations des pays sud-américains. Le président de la FIFA Joseph Blatter ne figure pas parmi les responsables interpellés.

    Les suspects vont être entendus en premier lieu par les autorités suisses, puis feront l'objet d'une demande d'extradition vers les Etats-Unis où justice sera finalement rendue.

    Pourtant une question subsiste: pourquoi ces responsables, réunis en Suisse afin d'élire le prochain président de la fédération, sont-ils visés par une enquête menée par les Américains?

    D'un côté, les fondements juridiques cités par les Etats-Unis sont simples: tout d'abord, les transactions des parties prenantes de l'affaire ont été effectuées via des banques américaines, ensuite, Washington et Berne ont des accords de coopération dans le domaine de la lutte contre la criminalité. D'un autre côté, les fondements juridiques de l'extradition sur le sol américain des personnes impliquées dans cette affaire sont flous.

    Selon le ministère russe des Affaires étrangères, cet incident peut être qualifié de "nouveau cas d'application illégale des normes législatives des Etats-Unis en dehors de leur territoire".

    Effectivement, la Fifa est une des plus grandes ONG du monde. Elle est enregistrée en Suisse en tant qu'organisation à but non lucratif tout en se targuant d'un chiffre d'affaire d'un milliard d'euros par an. Dans le même temps, la Fifa est exemptée d'impôts. La fédération est liée aux milieux d'affaires internationaux, ce qui fait que ses responsables sont à la fois des fonctionnaires internationaux et des représentants des compagnies transnationales.

    Le président de cette organisation a donc une influence non-négligeable sur la scène internationale. Joseph Blatter, qui peut être considéré comme l'architecte de la Fifa actuelle, a commencé à évoquer le mécontentement du monde anglo-saxon concernant son indépendance.

    L'attribution lors du scrutin de 2010 de la Coupe du monde 2022 au Qatar, et non aux Etats-Unis, a été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase. Washington a par la suite décidé de placer l'organisation sous son contrôle en utilisant le prétexte de lutte contre la corruption.

    Le pays qui collabore avec les Etats-Unis dans l'affaire n'est pas choisi au hasard: cela fait un certain temps que Washington met la pression sur la Suisse afin que les banques helvètes lui transmettent les informations confidentielles sur certains détenteurs des comptes de nationalité américaine, notamment, toujours en violant le principe de non-ingérence dans les affaires intérieures d'un Etat souverain.

    Une autre raison fondamentale susceptible d'expliquer pourquoi les Américains ont lancé les poursuites deux jours avant les élections du président de la Fifa est la tentative de Washington de mettre en question l'organisation de la Coupe du monde 2018 en Russie.

    Ainsi, peu après les arrestations à Zurich, les sénateurs américains John McCain et Robert Menendez se sont adressés au Congrès de la Fifa en demandant de ne pas soutenir la candidature de Joseph Blatter aux prochaines élections, en raison de son refus de priver la Russie du droit d'accueillir la Coupe du monde 2018.

    Commentant l'affaire, le président russe Vladimir Poutine a remarqué: "Nous sommes au courant de la pression qui a été mise sur lui (Joseph Blatter) afin d'empêcher l'organisation de la Coupe du monde 2018 en Russie. Nous connaissons sa position, il ne s'agit donc pas des relations particulières entre la Russie et la Fifa. Il s'agit de son principe fondamental selon lequel le sport et la politique doivent être séparés l'un de l'autre. Je dirais même plus — le sport doit influencer positivement la politique et servir de plateforme pour le dialogue et la recherche des solutions".

     

     

    Dossier:
    Scandale de corruption à la FIFA (32)

    Lire aussi:

    Corruption à la FIFA: le ministre russe des Sports dément être convoqué par la Suisse
    FIFA: les responsables arrêtés auraient reçu plus de 150 M USD de pots-de-vin
    FIFA: plusieurs responsables soupçonnés de corruption interpellés en Suisse
    Tags:
    scandale, corruption, FIFA, FBI, Joseph Blatter, Vladimir Poutine, Suisse, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik