International
URL courte
3752
S'abonner

Plusieurs sondages montrent que les Américains approuvent les frappes de drones à l'étranger, mais s’inquiètent de leurs conséquences.

Près de 60% des Américains approuvent l'utilisation de drones pour atteindre des extrémistes au Pakistan, en Somalie et au Yémen, malgré les inquiétudes concernant la sécurité des civils, selon un sondage publié jeudi 28 mai.

Ledit sondage a été mené du 12 au 18 mai par téléphone auprès de 2.000 adultes vivant dans l'ensemble des Etats-Unis et à Washington.

Le soutien l'emporte quel que soit le parti. En revanche, les républicains y sont favorables à 74 %, tandis que les démocrates ne le sont qu'à 52 %.

Un peu moins de la moitié des sondés (48 %) ont fait part de leur inquiétude par le fait que ces frappes mettaient en danger la vie de civils innocents. Et 32 % ont dit être assez inquiets à ce sujet. 31 % s'inquiètent de possibles représailles par des groupes extrémistes. En revanche, les Américains ne sont qu'un quart (24 %) à se dire très concernés par l'impact que pourraient avoir ces frappes sur la réputation des Etats-Unis dans le monde.

Moins d'un tiers (29 %) ont fait part de leur vive inquiétude concernant la légalité de ces frappes.

La militante pakistanaise des droits de l'homme Zahida Hina se prononce catégoriquement contre l'utilisation des drones, dont les frappes mettent en danger et tuent des civils. Elle soulève entre autres "des questions sur la fiabilité et la profondeur du renseignement sur lesquels s'appuie le gouvernement américain pour mener ses frappes de drones".

"Est-ce que les frappes de drone ont donné des résultats positifs? Pas du tout. Elles ne font qu'attiser la haine. Il faut chercher d'autres moyens pour combattre ce mal qu'est le terrorisme", conclut Mme Hina.

Lire aussi:

Syrie: les USA pensent utiliser des drones pour combattre les terroristes
L'Iran invite les USA à "recompter" leurs drones
Rouée de coups et laissée nue en pleine nuit au bord de la route
Joe Biden commente la lettre laissée par Donald Trump dans le Bureau ovale
Tags:
Somalie, Pakistan, Yémen, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook