International
URL courte
0 724
S'abonner

Il s'agit d'un bilan deux fois supérieur aux données officielles.

La police américaine a tué par balles 385 personnes depuis le début de l'année en cours, soit un peu plus de deux personnes par jour (2,6), selon une étude indépendante réalisée par le Washington Post.

Le bilan dressé par le journal est plus de deux fois supérieur aux données officielles présentées par le gouvernement fédéral. D'après le président de l'ONG Police Foundation, l'ex-officier Jim Bueermann, les rapports sur les meurtres commis par les policiers aux Etats-Unis sont "grossièrement sous-estimés".

"Nous ne parviendrons jamais à réduire le nombre de ces incidents si nous ne commençons pas à suivre avec exactitude ces informations", explique M.Bueermann.

Le Washington Post  a établi sa propre base de données sur tous les meurtres par armes à feu commis par les policiers US en 2015. D'après le quotidien, près de 50% de toutes les victimes étaient blanches. Dans le même temps, en ce qui concerne les meurtres des personnes sans armes, deux tiers des personnes abattues sont des Afro-Américains ou des Latino-Américains.

80% des victimes étaient armées d'objets "potentiellement létaux", notamment de pistolets, mais aussi de couteaux, de machettes et, dans un cas, d'une cloueuse pneumatique.

49 personnes étaient désarmées, tandis que 13 victimes portaient des armes-jouets au moment de leur meurtre. L'âge des personnes abattues par les policiers varie de 16 à 83 ans.

Toujours selon le journal, plus de la moitié des meurtres sont liés à des "situations sociales complexes": dans la moitié des cas, la police américaine répondait à un appel d'urgence, très souvent pour des violences domestiques. Près de 92 victimes, soit un quart des personnes tuées, souffraient d'une maladie mentale.

Lire aussi:

USA: le meurtre d'un Noir par la police suscite des manifestations de colère
Moins de 50% des Américains ont confiance dans la police
Francfort: près de 90 policiers blessés par les manifestants
Les Français tués au Niger étaient en mission humanitaire, selon la Défense nigérienne
Tags:
violences, police, Washington Post, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook