Ecoutez Radio Sputnik
    Recep Tayyip Erdogan

    Turquie: les législatives portent un coup à l’autorité d’Ergodan

    © Sputnik . Yuri Cortez
    International
    URL courte
    1522
    S'abonner

    Le parti du président Erdogan a perdu la majorité absolue, tandis que le HDP, la formation kurde, a remporté une victoire historique lors du vote en Turquie.

    Les élections législatives tenues dimanche en Turquie ont affaibli le président Recep Tayyip Erdogan, contraignant son parti à former un gouvernement de coalition.

    Selon les données officielles, le Parti de la justice et du développement (AKP, islamo-conservateur), arrivé en tête du scrutin, n'a recueilli que 40,8% des suffrages et 256 sièges sur 550. Suivent le Parti républicain du peuple (CHP, social-démocrate) et le Parti de l'action nationaliste (MHP, droite), qui ont obtenu 25,2% et 16,5% des voix, soit 133 et 83 sièges respectivement. Le parti kurde HDP (Parti démocratique du peuple) a largement passé la barre des 10% des voix nécessaires, et obtient 78 sièges avec 12,9% des suffrages.

    Pour la première fois en 13 ans, le parti islamo-conservateur au pouvoir, l'AKP, a perdu la majorité au parlement. M. Erdogan espérait pour son parti au moins 276 sièges (majorité constitutionnelle) à l'Assemblée afin de pouvoir amender la Constitution et passer à un régime présidentiel. Mais d'après les résultats du scrutin, l'AKP, avec ses 256 sièges, ne pourra pas gouverner seul et devra former une coalition.

    "C'est une démonstration de la fidélité de la population aux principes démocratiques en dépit de toutes sortes d'obstacles antidémocratiques. Des partis politiques représentant tous les segments de la population turque ont obtenu un nombre suffisant de votes et sont entrés à l'Assemblée", s'est félicité le président de l'Association turque de défense des droits de l'Homme, Ozturk Turkdogan.

    Selon l'expert, "les résultats des élections ont retiré de l'ordre du jour la question de la transition du pays vers un modèle de gouvernance présidentielle. Les électeurs turcs ont voté contre la transformation du pays en Etat policier autoritaire".

    Le Parti démocratique du peuple (HDP), force de gauche proche de la minorité kurde qui a franchi la barre des 10% des suffrages, est selon lui le vrai vainqueur de ces élections.

    "Le processus de règlement pacifique du problème kurde s'est poursuivi en Turquie pendant deux ans. Ce processus a été activement soutenu par la majorité de la population. Naturellement, quand les autorités du pays ont voulu ralentir ce processus, en affirmant que le dossier kurde n'existait pas, les gens ont réagi négativement, comme nous le voyons d'après les résultats des élections. Grâce à la position active des électeurs qui ont voté pour le HDP et lui ont ainsi assuré un nombre suffisant de sièges à l'Assemblée, l'avenir du processus de règlement pacifique de l'un des problèmes clés dans le pays est sauvé", a indiqué Ozturk Turkdogan.

    L'entrée d'un parti pro-kurde au parlement marque un tournant dans l'histoire du pays. La minorité ethnique kurde, qui représente 20% de la population du pays, est pour la première fois représentée sur la scène politique turque.

    L'existence du peuple kurde et de sa culture n'étaient pas reconnues par la Constitution depuis la création de la République turque. Les Kurdes se sont soulevés à plusieurs reprises. En 1984, le Parti des travailleurs du Kurdistan a lancé une lutte armée pour la formation d'un Etat kurde indépendant dans le sud-est du pays. Mais de nombreux dirigeants kurdes ont été mis en prison. Les soulèvements ont été violemment réprimés par l'armée turque.

    Lire aussi:

    Turquie: un leader d'opposition promet de créer une "méga-ville" en Anatolie
    Turquie: "le pays des journalistes au chômage"
    Un requin arrache une partie du bras d’un plongeur qui parvient à nager jusqu’à la côte – photos
    Un important incendie embrase le porte-avions russe Amiral Kouznetsov, des blessés, dont des militaires - vidéos
    Tags:
    problème kurde, élections, Ozturk Turkdogan, Recep Tayyip Erdogan, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik