Ecoutez Radio Sputnik
    Le consulat général de Russie à Kharkov

    Attaque contre le consulat russe à Kharkov: Moscou réclame une enquête

    © Photo. Facebook
    International
    URL courte
    131158
    S'abonner

    L'Ukraine viole une fois de plus ses propres engagements internationaux dans le cadre de la Convention de Vienne sur les relations consulaires de 1963.

    Moscou exige de Kiev qu'il enquête sur une attaque perpétrée contre le consulat général de Russie à Kharkov (nord-est de l'Ukraine), répare les dommages infligés et adopte immédiatement les mesures qui s'imposent pour garantir la sécurité des missions diplomatique russes en Ukraine.

    "Le 11 juin, lors d'une réception offerte à l'occasion de la Journée de la Russie, un groupe de vandales s'est attaqué au consulat général de Russie à Kharkov sous un regard complaisant des forces ukrainiennes de l'ordre. Les voyous ont profané les armoiries d'Etat de la Fédération de Russie et endommagé sérieusement le bâtiment du consulat", rapporte la diplomatie russe dans un communiqué.

    Suite à cet incident, le ministère russe des Affaires étrangères signale que la partie ukrainienne a violé une nouvelle fois ses propres engagements internationaux dans le cadre de la Convention de Vienne sur les relations consulaires de 1963.

    "La partie russe exige de Kiev qu'il mène une enquête scrupuleuse sur cet incident, trouve et poursuive en justice les acteurs et les commanditaires de cette provocation honteuse et répare les dommages infligés. Nous insistons également sur l'adoption urgente des mesures nécessaires pour garantir la sécurité des missions diplomatiques russes en Ukraine", stipule le document.

    Lire aussi:

    Regain de violence en Ukraine: empêcher une normalisation entre Russie et UE
    WSJ: l’Ukraine veut rompre ses liens avec la Russie, mais elle n’y arrive pas
    Expert US: la Russie ne se laissera pas entraîner dans la guerre en Ukraine
    Tags:
    Kharkov, Ukraine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik