Ecoutez Radio Sputnik
    Liberté d'expression

    L'UE part en croisade contre le succès des médias russes

    © Flickr / BlondieISFC
    International
    URL courte
    3513144
    S'abonner

    La Commission européenne va préparer d’ici à juin un “plan d’action” médiatique pour combattre "la propagande russe", ce qui implique de prendre certaines mesures contre les médias russes, notamment l'agence Sputnik et la chaîne RT, annonce EU observer.

    D'après le journal, le groupe sera appelé  "East StartComTeam" et sera lancé en septembre 2015.

    Pour empêcher la popularité croissante de  RT et de Sputnik, la Commission européenne est censée  "contrer les campagnes de désinformation en cours de la Russie et invite" Mme Mogherini, la représentante de la diplomatie européenne, “en coopération avec les États membres et les institutions de l’UE, à préparer d’ici à juin un plan d’action de communication stratégique pour soutenir la liberté de la presse”, selon le texte que doivent adopter les chefs d’Etat.  Pour y arriver, il faudra "améliorer la coopération entre les organes de surveillance nationaux, notamment en organisant des réunions de groupe de régulateurs européens".  

    La première brique de ce mécanisme de contre-propagande sera “la mise en place d’une équipe de communication”. 

    Du surcroît, les experts de l'UE visent à diffuser du contenu en russe, qui "laissera aux citoyens l'opportunité de  comprendre que les réformes politiques et économiques de l'UE peuvent influencer leur vie d'une manière positive avec le temps". Pourtant, le journal ne précise pas comment.

    "L'Union européenne essaye d'étouffer la voix alternative de RT de toutes ses forces, alors qu'il existe en Europe des centaines de journaux, de chaînes de télévision et de radios,  qui reprennent d'une seule voix tout ce qui se passe dans le monde", a souligné la rédactrice en chef de RT, Margarita Simonian.

    Les déclarations de l’Occident au sujet de la liberté d’expression vont à l’encontre de leurs actes, a dit à RT Alexander Mercouris, un analyste en affaires internationales basée à Londres.

    "L’Occident a toujours affirmé qu’il ne fait pas de propagande, qu’il croit en la liberté d’expression et dans l’échange libre des opinions. Malgré tout cela, nous y sommes, l’Occident met en place ce qui, dans l’intention et les objectifs, ressemble à une chaîne de propagande pour diffuser le point de vue occidental sur la Russie. Ils disent donc une chose tout en faisant le contraire", a-t-il expliqué.

    Même Edward Lucas, l’écrivain senior du magazine The Economist, un des plus impitoyables critiques de RT, reconnaît que la popularité de la chaîne est due à la nécessité d'une vision différente de celle donnée par les médias occidentaux.

    "Pourquoi les gens regardent-ils RT avec une telle avidité? Parce qu’ils pensent que les médias de masse ne leur disent pas la vérité et ils en ont marre de l’élite politique dans nos pays", fait-il remarqué.

    Du coup, le gouvernement allemand va diffuser Deutsche Welle en anglais 24h/24, comme "centre névralgique" de son attaque contre "la propagande russe", a commenté Angela Merkel, la chancelière allemande, lors du lancement du nouveau service. Le budget annuel a été augmenté de plus de 2%, à 294 millions d'euros, pour créer le service anglophone.

    Lire aussi:

    L'UE s'attaque à la propagande russe
    Pays-Bas: la propagande antirusse envahit les manuels scolaires
    La propagande à l’européenne : comment les médias occidentaux sauveront l’Ukraine
    L'Europe a lancé une véritable propagande américaine
    Tags:
    chaîne de télévision russe RT, propagande antirusse, contre-propagande, régulateurs européens, désinformation, liberté d'expression, russophobie, surveillance, liberté de la presse, propagande, East StartComTeam, Deutsche Welle, Commission européenne, Sputnik, Alexander Mercouris, Edward Lucas, Federica Mogherini, Margarita Simonian, Angela Merkel, France, Allemagne, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik