Ecoutez Radio Sputnik
    Manifestation de soutien à la Crimée

    Diplomate européen: l'UE admet la possibilité d'un nouveau référendum en Crimée

    © Sputnik . Oleg Zoloto
    International
    URL courte
    658127

    L'OSCE a reconnu avoir été invitée à envoyer ses représentants pour superviser le référendum sur le rattachement de la Crimée à la Russie, mais elle a refusé de le faire, car ce référendum ne répondait pas aux règles appliquées par l'Organisation.

    L'Union européenne pourrait examiner les résultats d'un nouveau référendum en Crimée s'il se déroule sous la surveillance de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), a déclaré samedi à l'agence Sputnik un diplomate européen haut placé.

    "Si cela se déroule dans le respect de la législation internationale et sous la supervision de l'OSCE, nous pourrions peut-être y faire attention", a répondu le diplomate interrogé sur l'idée — formulée par certains experts occidentaux — d'organiser un nouveau référendum en Crimée et de reconnaître ses résultats.

    La Crimée a adhéré à la Russie suite au référendum qui s'est tenu en mars 2014. Près de 97% des électeurs ont voté pour la réunification de la péninsule avec la Russie. Moscou souligne que le référendum en Crimée était conforme aux normes du droit international et à la Charte des Nations unies.

    Le secrétaire général de l'OSCE, Lamberto Zannier a déclaré que l'Organisation avait été invitée en 2014 à envoyer ses observateurs au référendum, mais qu'elle avait refusé de le faire, car cette consultation populaire ne répondait pas aux règles en vigueur à l'OSCE.

    Moscou a indiqué à plusieurs reprises que les habitants de la Crimée avaient voté pour la réunification avec la Russie en conformité avec le droit international et la Charte de l'Onu.

    Le ministère russe des Affaires étrangères a également appelé l'Union européenne à respecter le libre choix des habitants de la péninsule.

    Le vice-premier ministre de la Crimée, Dmitri Polonski, a pour sa part déclaré que les autorités de la péninsule n'avaient pas l'intention de tenir un nouveau référendum même si ses résultats pouvaient, sous certaines conditions, être reconnus par l'Union européenne.

    Lire aussi:

    "Jamais la Russie ne renoncera à la Crimée en raison des sanctions"
    Jimmy Carter: le rattachement de la Crimée à la Russie "quasi inévitable"
    Crimée & Russie : un an déjà depuis le ralliement historique
    Yukio Hatoyama: la réunification Crimée-Russie, un processus démocratique
    Tags:
    réunification, rattachement, référendum en Crimée (2014), OSCE, Union européenne (UE), Lamberto Zannier, Crimée, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik