Ecoutez Radio Sputnik
    Syriza

    Grèce: le parti au pouvoir hostile à l'accord signé par Tsipras

    © REUTERS / Alkis Konstantinidis
    International
    URL courte
    13521

    La Grèce a accepté mardi de prendre des mesures d'austérité supplémentaires en échange d'une aide financière européenne.

    La plupart des membres du Comité central du parti grec au pouvoir Syriza ont rejeté le plan des réformes prévu par l'accord que le gouvernement d'Alexis Tsipras et l'UE ont signé le 12 juillet dernier à Bruxelles, a annoncé un membre du comité, Stathis Kouvelakis.

    THE MAJORITY OF THE MEMBERS OF SYRIZA'S CENTRAL COMMITTEE REJECT THE AGREEMENT!STATEMENT by the 109 (out of 201)…

    Posted by Stathis Kouvelakis on 15 Июль 2015 г.

    109 des 201 membres du comité ont voté contre les mesures d'austérité. Ils souhaitent que le gouvernement tienne compte des résultats du référendum où la population du pays s'est prononcée contre la coopération avec les créanciers de la Grèce.

    Le parlement examine mercredi le plan d'aide proposé par l'UE. La présidente du parlement grec, Zoé Konstantopoulou, représentante du parti Syriza, a appelé les députés à ne pas céder au chantage, rapporte l'agence DPA. 

    A Athènes, des heurts ont éclaté mercredi soir près du parlement, sur la place Syntagma. Des manifestants ont jeté des cocktails Molotov contre la police qui a aussitôt répliqué par des jets de gaz lacrymogènes.

    Les employés du secteur public, médecins et enseignants ont antérieurement lancé une grève de 24 heures en signe de protestation contre les nouvelles mesures d'austérité. 

    Lire aussi:

    France: l'Assemblée nationale approuve l'accord de Bruxelles sur la Grèce
    Grèce: le nouvel accord soulève une vague de manifestations
    Les États-Unis émettent un mandat de saisie pour le pétrolier iranien Grace 1 libéré par Gibraltar
    Tags:
    politique d'austérité, dette grecque, Stathis Kouvelakis, Alexis Tsipras, Athènes, Grèce
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik