Ecoutez Radio Sputnik
    Lait

    Sanctions antirusses: la filière laitière tchèque en crise

    © Sputnik . liya Pitalev
    International
    URL courte
    Riposte russe aux sanctions de l’Occident (186)
    5294
    S'abonner

    La filière laitière tchèque traverse une période de crise provoquée par les sanctions antirusses.

    Le gouvernement tchèque envisage d'accorder des subventions afin de faire sortir la filière laitière de la crise profonde qu'elle traverse à cause des sanctions antirusses.

    Ainsi, l'année prochaine les aides de l'Etat pourraient atteindre 2 milliards de couronnes (près de 74 millions d'euros). Dans le même temps, le gouvernement tchèque fait pression sur la Commission européenne pour que celle-ci lance un programme d'achat de produits laitiers tchèques afin de contribuer à l'augmentation des prix du lait sur le marché. Selon le quotidien économique tchèque Hospodářské noviny, le prix du lait a baissé de 25% durant l'année.

    "Je ne soutiens pas l'idée d'investir sur un marché déficitaire. Cependant, les sanctions décrétées contre le Russie étaient une décision politique, qui a provoqué l'embargo des livraisons de certains produits (vers la Russie, ndlr). Cela a eu un impact sur le marché des produits laitiers. Je crois que cela serait juste de rembourser aux agriculteurs ce qu'ils ont perdu. Nous ne pouvons pas dire que cela nous est égale car suite à notre décision politique, ils ne peuvent plus exporter leurs produits", a déclaré le ministre tchèque de l'Agriculture Marian Jurečka.

    Selon le quotidien, le gouvernement a l'intention d'investir près de 2,2 milliards de couronnes (près de 81 millions d'euros) dans la filière laitière, dont près de 1,5 milliards (55 millions d'euros) seraient dégagés du budget de l'UE et 850 millions (31 millions d'euros) du budget de l'Etat.

    "Ce sont les sanctions antirusses qui sont une des raisons principales de la surabondance de lait sur le marché et donc de la baisse des prix. En outre, à partir du mois d'avril le système de quotas a pris fin, et pour la première fois en 30 ans les Etats européens peuvent produire autant de lait qu'ils veulent. (…) Pourtant, une partie des agriculteurs tchèques ont raté le coche et aujourd'hui nous avons des problèmes de compétitivité", a fait remarquer le journal tchèque.

    En plus des subventions, le gouvernement n'exclut pas la possibilité d'une intervention directe sur le marché sous forme d'achat de lait dans l'objectif de faire augmenter les prix.

    Le ministre tchèque de l'Agriculture continue à faire pression sur l'UE pour que celle-ci achète 200.000 tonnes de produits laitiers.

    La République tchèque avait déjà effectué une intervention sur le marché il y a 6 ans. A l'époque, les agriculteurs déversaient le lait dans les champs pour protester contre la crise de la filière laitière. Le gouvernement avait alors acheté plusieurs milliers de tonnes de lait et de beurre, ce qui avait coûté 250 millions de couronnes (10 millions d'euros).

     

    Dossier:
    Riposte russe aux sanctions de l’Occident (186)

    Lire aussi:

    Moscou: une partie des sanctions restera pour toujours
    Sanctions de l’UE: l’effet boomerang en chiffres
    Sanctions: tel est pris qui croyait prendre
    Tags:
    pertes économiques, agriculteur, aide financière, agriculture, sanctions, Bruxelles, République tchèque, Prague, Moscou, Europe, Belgique, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik