International
URL courte
9133
S'abonner

Une entreprise grecque sur neuf a dû cesser ses activités à cause de l'impossibilité d'acheter des matériaux durant la "pause estivale bancaire". Du surcroît, un quart des compagnies veulent placer leurs sièges sociaux en dehors du pays.

Le torrent d'événements qu'a vécu la Grèce a lourdement influencé l'économie du pays. D'un côté, le fait que le pays ait accepté des mesures d'austérité lui a permis lundi de payer ses dettes à la BCE et au FMI, soit plus de six milliards d'euros. D'un autre côté, сes mêmes mesures et les "vacances bancaires" ont rendu la vie des entreprises grecques très difficile.

69% des sociétés grecques interrogées par l'association Endeavor de soutien à la création d'entreprises, disent avoir subi une baisse «significative» de leur chiffre d'affaires en raison des contrôles des capitaux. Une entreprise grecque sur neuf a dû arrêter sa production à cause de l'impossibilité d'acheter des matériaux. 45% ont pu néanmoins négocier des délais de paiement.

Alexis Tsipras
© AFP 2021 Louisa Gouliamaki
Mais l'impact le plus rude pour l'économie grecque se traduit par la décision de près d'un quart des entreprises de placer leur siège social en dehors du pays. D'après The Greek Reporter, 60.000 sociétés grecques veulent transférer leurs sièges en Bulgarie en raison des contrôles de capitaux installés dans le pays depuis le 28 juin. Le journal grec Kathimerini estime que les contrôles de capitaux ont déjà coûté à l'économie grecque près de 3 milliards d'euros.

Selon différents experts, les créanciers sont largement coupables de cette situation. Les économistes estiment que le but des créanciers lors des négociations était de montrer aux autres pays les conséquences éventuelles d'une tentative de sortie de la zone euro.

Lire aussi:

La Grèce réalise des versements à la BCE et au FMI
Feux de forêts en Grèce
Grèce: les banques ont rouvert, les retraits toujours limités
Grèce: début du processus de remboursement de 6,25 mds
Tags:
Banque centrale européenne (BCE), crise grecque, Fonds monétaire international (FMI), Alexis Tsipras, Grèce
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook