Ecoutez Radio Sputnik
    Propagande russe. Image d'illustration

    L'UE veut lancer une agence d'information russophone

    © Sputnik . Alexander Kryazhev
    International
    URL courte
    20762

    Les Pays-Bas et la Pologne vont lancer une agence d'information en russe, dont une chaîne de télévision qui doit diffuser ses premières émissions à partir de 2016. Les bailleurs des fonds nécessaires à la réalisation de ce projet se réuniront en septembre prochain à Varsovie.

    L'Union européenne a chargé les Pays-Bas et la Pologne de créer une agence d'information russophone, a annoncé le ministre néerlandais des Affaires étrangères, Bert Koenders, dans une interview mise en ligne sur le site de l'UE.

    Selon lui, l'idée de diffuser des informations en russe est débattue dans les structures européennes depuis 2014.

    "Je trouve qu'il s'agit d'une idée très importante, car nous devons donner notre propre réponse à la propagande russe, et ce en premier lieu pour la population russophone", a déclaré M.Koenders.

    Afin de réaliser ce projet de manière à ne pas verser dans une contre-propagande grossière, le Fonds européen pour la démocratie (FEDEM) basé à Bruxelles a récemment effectué une étude financée par le gouvernement néerlandais. Les résultats de l'étude ont été présentés conjointement par la Pologne et les Pays-Bas lors de la dernière réunion du Conseil des affaires étrangères de l'UE.

    "J'espère que nous entamerons cette activité de manière intelligente afin qu'elle n'ait rien à voir avec une contre-propagande ou avec quelque chose dirigée contre la Russie et le peuple russe. Nos efforts consisteront, tout simplement, à fournir le plus large éventail d'informations possible à ceux qui parlent russe", a souligné le chef de la diplomatie néerlandaise.

    D'après son homologue polonais Grzegorz Schetyna, l'UE tiendra le 10 septembre à Varsovie une conférence des bailleurs des fonds nécessaires à la réalisation de ce projet.

    Selon la journaliste indépendante polonaise Pietka Bohdan, l'Union européenne envisage de lancer une chaîne de télévision qui diffusera ses premières émissions en 2016.

    "L'initiative du ministre Schetyna s'inscrit dans le cadre de la politique pratiquée par les autorités polonaises depuis plus de deux décennies. Il s'agit, bien évidemment, de la politique pro-américaine en Europe orientale. Cette idée me rappelle l'histoire de la chaîne de télévision Belsat créée en 2005. Diffusées en polonais à l'intention du public biélorusse, les émissions de Belsat devaient contribuer au succès du projet de Washington visant à provoquer une "révolution de couleur" en Biélorussie et à renverser le président Alexandre Loukachenko", a indiqué Mme Bohdan dans une interview à Sputnik.

    Cependant, a-t-elle poursuivi, les efforts entrepris depuis 10 ans n'ont donné aucun résultat: la "révolution de couleur" n'a jamais eu lieu et M.Loukachenko est toujours président du pays. "Il n'en reste pas moins que Belsat, financé par les contribuables polonais, diffuse toujours ses émissions, même si leurs effets sont pratiquement nuls", a constaté la journaliste persuadée que la nouvelle chaîne russophone connaîtra le même sort.

    Elle estime que le but de cette initiative est de provoquer une "révolution de couleur" en Russie pour renverser Vladimir Poutine dont la politique est mal accueillie en Occident, en premier lieu aux Etats-Unis.

    "J'ignore si cette idée vient de Washington ou s'il s'agit d'un projet proposé par le ministre Schetyna à la seule fin de plaire aux Américains. Quoi qu'il en soit, cette idée est complètement dépourvue de sens, car elle ne fait qu'aggraver les relations déjà très mauvaises entre la Pologne et la Russie", a conclu Pietka Bohdan.

    Lire aussi:

    L'Occident mène une "propagande antirusse hystérique" (Lavrov)
    Propagande quand tu nous tiens: la Russie attaque la Scandinavie
    La propagande à l’européenne : comment les médias occidentaux sauveront l’Ukraine
    Tags:
    chaîne de télévision, contre-propagande, propagande, Conseil des affaires étrangères de l'UE, Fonds européen pour la démocratie (FEDEM), Union européenne (UE), Bert Koenders, Grzegorz Schetyna, Pays-Bas, Pologne, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik