Ecoutez Radio Sputnik
    Océan

    Réchauffement climatique: Londres et Pékin pourraient disparaître sous les eaux

    © Sputnik . Mikhail Tsyganov
    International
    URL courte
    Réchauffement climatique (70)
    20407
    S'abonner

    Selon les experts, beaucoup d'autres grandes villes risquent aussi de disparaître sous les eaux même si les pays respectaient les exigences écologiques de l'Onu.

    Le niveau de la mer peut monter de 6 mètres sur le long terme en raison du réchauffement climatique ce qui présente un danger pour de nombreuses villes dont Londres et Pékin, a annoncé le magazine Science.

    Selon les chercheurs, beaucoup d'autres grandes villes risquent aussi de disparaître sous les eaux même si les pays respectaient les exigences de l'Onu visant à limiter le réchauffement en dessous de 2°C par rapport à la période préindustrielle.

    Les scientifiques appellent à renoncer à utiliser des combustibles fossiles pour produire de l'énergie et à imposer les pays qui polluent l'atmosphère. Mais ces appels restent sans réponse.

    Le pape François s'est aussi engagé dans ce sens dans son encyclique sur l'écologie publiée le 18 juin dernier. "Les prévisions catastrophistes ne peuvent plus être considérées avec mépris ou dérision. Nous pourrions laisser trop de décombres, de déserts et de saletés aux prochaines générations. Le rythme de consommation, de gaspillage et de détérioration de l'environnement a dépassé les possibilités de la planète, à tel point que le mode de vie actuel, parce qu'il est insoutenable, peut seulement conduire à des catastrophes", a-t-il indiqué.

    Inondation en Sibérie
    © Photo. Ministère russe des Situations d'urgence
    Selon l'Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA), le mois de juin 2015 a été le plus chaud pour ce mois depuis le début des relevés de températures en 1880 et le premier semestre de 2015 a aussi battu un record. Cela signifie que le réchauffement climatique se poursuit car 2014 avait déjà été l'année la plus chaude.

    La canicule a frappé tous les continents du monde, mais surtout le Pakistan où les températures avaient atteint 49°C, faisant plus de 1.150 morts. En Inde voisine, il y a eu 470 morts lors de la première vague de chaleur en mai où les températures avaient atteint 47ºC.

    Selon les experts, c'est une nouvelle preuve qu'il est temps de considérer le réchauffement climatique comme une menace grave pour la santé et pour la vie.

    Mais qui doit payer pour multiplier les sources d'énergie renouvelables et autres mesures écologiques? On espère avoir une réponse lors de la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques (CNUCC) qui aura lieu à Paris du 30 novembre au 11 décembre prochains. La conférence, qui est à la fois la 21e conférence des parties (COP-21) à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques et la 11e conférence des parties au protocole de Kyoto (CRP-11), doit déboucher sur l'adoption d'un nouveau plan d'action écologique à l'échelle mondiale.

    Dossier:
    Réchauffement climatique (70)
    Tags:
    environnement, réchauffement climatique, CRP-11, Conférence des Nations unies sur les changements climatiques (CNUCC), COP 21, Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique (NOAA), Pape François, Londres, Pékin
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik