Ecoutez Radio Sputnik
    Soudan du Sud

    Soudan du Sud: 70% de la population risque l'insécurité alimentaire (ONU)

    © REUTERS / Denis Dumo
    International
    URL courte
    Conflit au Soudan du Sud (66)
    215
    S'abonner

    Près de huit millions de Sud-Soudanais, soit 70% de la population, risque de plonger dans l'insécurité alimentaire en raison de la guerre civile qui frappe le pays depuis fin 2013, a annoncé mercredi l'ONU.

    "7,9 millions de personnes sur 11,6 millions d'habitants, soit près de 70% de la population du pays risque d'être en insécurité alimentaire lors de la saison des pluies", de juillet à octobre, affirme un communiqué du chef de l'aide humanitaire des Nations unies, Stephen O'Brien, en visite au Soudan du Sud, rapporte l'AFP.

    "Après avoir parlé à des personnes déplacées à Juba, il est clair que cette guerre brutale laisse un bilan dévastateur", a affirmé Stephen O'Brien après avoir visité un camp de la capitale sud-soudanaise, où les organisations humanitaires tentent de contenir une épidémie de choléra qui a déjà tué 39 personnes.

    Quelque 166.000 civils sont actuellement accueillis dans des camps des Nations Unies, pour beaucoup depuis le début de la guerre.

    La guerre civile a débuté en décembre 2013 dans la capitale Juba lorsque le président Salva Kiir, un Dinka, a accusé son vice-président Riek Machar, un Nuer tout juste limogé, de fomenter un coup d'Etat.

    Leur rivalité politique a rapidement dégénéré en un conflit ethnique marqué par une scission de l'armée et des massacres entre les deux ethnies, qui ont fait plusieurs dizaines de milliers de victimes.

    Plus de 2,25 millions de personnes ont été chassées de chez elles par les combats accompagnés d'exactions attribuées au camp gouvernemental et à la rébellion, tandis que des civils meurent de faim dans les zones de guerre.

    M. O'Brien doit visiter une autre base des Nations Unies à Bentiu la capitale de l'Etat d'Unité (nord) où plus de 100.000 civils sont réfugiés, une population supérieure à celle de la ville elle-même, complètement en ruines après avoir changé de mains à plusieurs reprises pendant la guerre.

    Mercredi, l'ONG Human Rights Watch a publié un rapport accablant dénonçant de graves exactions de l'armée sud-soudanaise, commises sur des civils entre avril et juin 2015.

    Les deux camps sont accusés de commettre des viols collectifs, de brûler des civils vivant ou encore de recruter des enfants soldats. 

    Dossier:
    Conflit au Soudan du Sud (66)

    Lire aussi:

    Onu: le nombre de réfugiés augmente de 42.500 personnes par jour
    Tags:
    alimentation, violences, Soudan du Sud
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik