International
URL courte
12219
S'abonner

Les ambassadeurs des 28 pays membres de l'Otan se réuniront mardi à la demande de la Turquie pour évoquer les opérations menées par Ankara contre l'EI et les militants du PKK, a annoncé l'Alliance dans son communiqué.

L'Otan a précisé dans son communiqué que la Turquie avait demandé que la réunion extraordinaire se tienne dans le cadre de l'article 4 du Traité de l'Atlantique Nord, qui autorise un membre de l'Otan à demander des consultations à ses alliés en cas de menace pour son intégrité territoriale, son indépendance politique ou sa sécurité.

La Turquie "a demandé cette réunion au vu du sérieux de la situation après les odieux attentats terroristes de ces derniers jours et pour informer ses Alliés des mesures qu'elle prend (…). Les Alliés de l'Otan suivent de très près les évolutions et sont solidaires de la Turquie", précise le communiqué.

Néanmoins, les pays membres de l'Otan sont partagés au sujet des frappes aériennes turques en Irak et en Syrie. Washington soutient la partie turque, en rappelant que les Etats-Unis considèrent le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) comme une organisation terroriste. De son côté, la chancelière allemande, Angela Merkel, a invité dans une conversation téléphonique avec le premier ministre turc, Ahmet Davutoglu, les autorités turques à faire preuve de mesure et à ne pas renoncer aux discussions de paix avec le PKK.

La Turquie s'est résolument engagée dans la lutte contre l'Etat islamique suite à l'attentat suicide attribué à l'EI qui a fait 32 morts lundi dernier à Suruç, dans le sud-est de la Turquie, près de la frontière syrienne. Le pays a mené depuis vendredi plusieurs raids aériens contre les positions des djihadistes, en profitant pour pilonner celles du Parti des travailleurs du Kurdistan en Syrie et en Irak.

Le Parti des travailleurs du Kurdistan, organisation armée se présentant comme un mouvement de guérilla, est en opposition armée avec la Turquie depuis 1984. Depuis lundi dernier, le PKK a multiplié les attaques contre les forces de l'ordre turques, en riposte, a-t-il dit, à l'attaque de Suruç qui a visé des jeunes militants de gauche proches de la cause kurde.

Lire aussi:

Turquie: 251 interpellations lors d’un coup de filet antiterroriste
Terrorisme: la Turquie doit cesser de souffler le chaud et le froid
Attentat-suicide en Turquie: manifestation contre l'EI et le gouvernement
Mohammed VI a ordonné la destruction d’édifices flambant neufs dans une toute nouvelle station balnéaire
Tags:
attentat, réunion, Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), Etat islamique, OTAN, Angela Merkel, Ahmet Davutoglu, Suruc, États-Unis, Irak, Syrie, Turquie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook