International
URL courte
9462
S'abonner

Un membre de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE), Andreas Gross, envisage d'organiser un voyage de députés européens en Crimée dans le sillage de leurs collègues français.

La visite effectuée en Crimée par un groupe de parlementaires français a poussé d'autres élus en Europe à imiter leur exemple.

Le député suisse Andreas Gross, président du Groupe socialiste de l'APCE et rapporteur de l'Assemblée pour la Russie, a annoncé son intention d'organiser une visite de parlementaires de plusieurs pays européens sur la péninsule.

Selon M. Gross, il est injuste que la population de la Crimée soit punie pour son choix géopolitique. Le député suisse a également critiqué les sanctions occidentales qui avaient de facto isolé les habitants de la péninsule.

D'après M. Gross, il envisage d'organiser en octobre ou en novembre une visite en Crimée d'une "mission importante" comprenant des parlementaires de différents pays européens.

Cependant, estime le rapporteur de l'APCE, il est indispensable de "légitimer ce voyage" en obtenant le consentement aussi bien de Moscou que de Kiev. Andreas Gross espère pouvoir organiser cette visite dans le cadre de l'APCE, mais n'exclut pas que la position hostile de l'Assemblée envers le rattachement de la Crimée à la Russie puisse constituer un obstacle à son projet.

On a appris mardi que des parlementaires italiens, hongrois et français avaient annoncé leur intention de se rendre en Crimée. La péninsule attend en octobre prochain la visite d'une délégation de députés italiens, membres du Mouvement 5 étoiles, qui envisage d'y entrer via le territoire russe. Ce voyage a pour but "d'apprendre de première main comment vivent les gens en Crimée depuis le référendum de mars 2014".

Le sénateur Sergio Divina, du parti conservateur Ligue du Nord, a également déclaré vouloir se joindre à ce voyage.

Ceci dit, les parlementaires italiens sont parfaitement conscients que leur visite en Crimée pourrait avoir comme conséquence une interdiction d'entrée en Ukraine. C'est la raison pour laquelle ils veulent obtenir le consentement non seulement de Moscou, mais aussi de Kiev.

Le désir de se rendre en Crimée a été en outre exprimé par Márton Gyöngyösi, un des dirigeants du mouvement nationaliste hongrois Jobbik.

Enfin, la députée européenne Nadine Morano a réaffirmé, elle aussi, son intention de visiter la péninsule. En juin dernier, l'élue française a fondé au Parlement européen un groupe de travail baptisé "Pour un nouveau dialogue avec la Russie", qui comprend des députés français, italiens, britanniques, allemands et portugais.

Le Parquet général d'Ukraine a ouvert jeudi une procédure pénale contre les dix parlementaires français ayant visité la Crimée la semaine dernière. D'après l'initiateur de la procédure, le député ukrainien Gueorgui Logvinski, les intéressés risquent 5 à 8 ans de prison pour "violation des modalités d'entrée sur un territoire provisoirement occupé de l'Ukraine".

Lire aussi:

Les députés français brisent le blocus médiatique autour de la Crimée
Député français: "La Crimée est russe, et alors?"
Elus français en Crimée: chers médias polonais, qui sont les vrais "idiots utiles"?
Tags:
délégation française, visite, Parlement européen, Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE), Andreas Gross, France, Italie, Ukraine, Russie, Crimée
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook