Ecoutez Radio Sputnik
    Hollywood, land of dreams

    Hollywood soutient l’accord sur le nucléaire iranien

    © Flickr/ Tom Benson
    International
    URL courte
    L'accord JCPoA sur le nucléaire iranien signé à Vienne (2015) (22)
    2114
    S'abonner

    Des célébrités américaines, ainsi que de grandes figures du monde diplomatique, expliquent dans une vidéo pourquoi ils défendent cet accord.

    Les acteurs hollywoodiens Morgan Freeman, Jack Black, Natasha Lyonne et Farshad Farahat se sont adressés jeudi au gouvernement américain, en publiant une vidéo qui met en scène des personnalités politiques et du cinéma incitant le Congrès américain à approuver l’accord sur le nucléaire iranien, rapportent les médias internationaux.

    "Nous pourrions être forcé d’entrer dans une nouvelle guerre avec l’Iran, dans un conflit qui coûterait cher et avec beaucoup de vies perdues (…). Le meilleur moyen d’empêcher l’Iran d’obtenir la bombe atomique, c’est cet accord!", a déclaré M.Freeman.

    La vidéo humoristique, qui compte déjà plus de 200.000 vues, allie politique, diplomatie et mise en scène hollywoodienne.

    De nombreuses blagues comme celle de Jack Black, figurent dans la vidéo afin d'imaginer les conséquences réelles d’un refus de Washington de signer cet accord.

    "La plupart des gens pensent que les grillades sont délicieuses, mais celle-là ne le serait pas tant que ça", ironise M.Black.

    Hormis des comédiens connus, on voit aussi apparaître l’ancien ambassadeur américain en Israël Thomas Pickering, un ancien membre de la CIA Valerie Plame, et la Reine de Jordanie Noor Al Hussein.

    La vidéo est filmée dans le cadre de l'organisation Global Zero, qui lutte contre l’arme atomique et regroupe plus de 300 dirigeants internationaux et spécialistes, dont le but est d’éliminer définitivement les armes nucléaires d’ici 2030.

     

    Dossier:
    L'accord JCPoA sur le nucléaire iranien signé à Vienne (2015) (22)
    Tags:
    Iran, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik