International
URL courte
30334
S'abonner

L’UE voudrait organiser en Serbie un camp pour 400.000 réfugiés, mais le pays ne peut pas s’engager dans ce projet, déclare le gouvernement serbe.

Alors que l’UE fait face à un afflux de réfugiés et de migrants, une des solutions envisagée consiste en la construction d’un grand camp de réfugiés financé par Bruxelles, a confié le président Comité parlementaire serbe pour la sécurité, Momir Stojanović, aux journalistes de l’agence B92.

Il est fort possible qu’un tel camp soit construit au sud de Serbie, a ajouté M.Stojanović, qui espère cependant que son pays ne subira pas trop de pression de la part de l’UE, car si seulement un cinquième de réfugiés devaient se retrouver en Serbie, l'impact sur l’économie et la sécurité du pays serait considérable.

La Serbie respecte tous les engagements internationaux sur les réfugiés mais il ne lui est pas possible de s'engager dans un projet de cette envergure, a souligné le ministre serbe du Travail et de la Politique sociale, Aleksandar Vulin, dans une interview au quotidien Blic.

Depuis quelques mois, la Serbie est confrontée à une arrivée massive de réfugiés afghans, syriens ou pakistanais via les Balkans. La frontière entre la Serbie et la Hongrie, point d'entrée de l'Union européenne et de la zone Schengen, est devenue l'un des principaux points de passage pour de très nombreux migrants fuyant la guerre et cherchant un nouvel avenir en Europe.

D’après les données officielles, 70.000 migrants se trouvent actuellement sur le territoire de Serbie. Ce nombre augmente chaque jour de près de 1.000 personnes, sur une population serbe composée de 7,2 millions de personnes.

Lire aussi:

Guardian: non, le Royaume-Uni n'est pas l’eldorado des migrants
Drame des migrants: un eurodéputé exige un nouveau sommet d'urgence
La Pologne accueillera 900 réfugiés syriens
Les Polonais partagés face à l’afflux de réfugiés ukrainiens
Tags:
migrants, réfugiés, Union européenne (UE), Aleksandar Vulin, Momir Stojanovic, Serbie, Hongrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook