International
URL courte
22436
S'abonner

Washington a ranimé ses plans d'attaque nucléaire surprise contre la Russie et la Chine, affirme un ancien conseiller du président Ronald Reagan.

L'analyste et ex-responsable politique américain Paul Craig Roberts est persuadé que la guerre froide entre les Etats-Unis et l'Union soviétique a été déclenchée par Washington, qui rêvait d'anéantir la Russie.

Selon M. Roberts, la propagande est toute-puissante aux Etats-Unis et elle peut facilement laver le cerveau du peuple américain "politiquement incompétent". A titre d'exemple, l'expert cite le 34e président des Etats-Unis, Dwight Eisenhower, qui a mis en garde contre le danger émanant de l'alliance entre le complexe militaro-industriel et les services secrets.

"L'alliance du complexe militaro-industriel et des services de sécurité, contre laquelle le président Dwight Eisenhower a vainement prévenu le peuple américain, a découvert que ses bénéfices ne pourraient pas survivre à la fin de la guerre froide et a relancé cette dernière", indique l'analyste.

Il attire également l'attention sur le fait que "Washington a ranimé ses plans d'attaque nucléaire surprise contre la Russie et, cette fois-ci, contre la Chine".

Selon M. Roberts, ces plans qui ne sont un secret pour personne ont sapé la confiance entre la Russie et les Etats-Unis, ce qui risque de provoquer une situation beaucoup plus dangereuse que celle qui régnait à l'époque de la guerre froide.

L'expert souligne que la machine de propagande américaine et les "médias vénaux" ont mis deux ans pour "diaboliser" la Russie et convaincre les Américains que ce pays constitue la "menace numéro un" pour eux.

 

Lire aussi:

Les USA sans pitié dans leur bataille contre la Russie
USA: positions fortes de ceux qui veulent la guerre avec la Russie
USA-Russie: il est temps de se rappeler que nous étions alliés
En direct: une forte explosion se produit à Madrid, au moins trois morts - vidéos
Tags:
armes nucléaires, Dwight Eisenhower, Paul Craig Roberts, Chine, Russie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook