International
URL courte
Riposte russe aux sanctions de l’Occident (186)
12442
S'abonner

L’effet néfaste de l’embargo russe sur la Lituanie est trois fois plus fort qu’en Lettonie ou en Estonie, a déclaré aux journalistes le premier ministre lituanien, Algirdas Butkevičius.

L’analyse détaillée des pertes causées par l’embargo russe démontre que la Lituanie en a souffert plus que les autres pays européens. L’industrie laitière est la plus touchée, a constaté le premier ministre. "Nous nous adresserons à Phil Hogan, commissaire européen à l'Agriculture et au développement rural pour demander une aide financière de 32 millions d’euros pour indemniser ce secteur de l’industrie", a déclaré M. Butkevičius.

Une rencontre entre une délégation lituanienne et M. Hogan aura lieu lundi à Bruxelles. Le premier ministre lituanien est sûr qu’il prouvera au commissaire européen que sa demande d’aide financière est fondée et juste. D’après les données du ministère lituanien de l’Agriculture, suite à l’application de l’embargo en 2014, les revenus des producteurs laitiers ont diminué de 30%.

Les Etats-Unis et l'Europe ont adopté plusieurs volets de sanctions contre des secteurs entiers de l'économie russe en 2014 et au début de l’année 2015 sur fond de crise en Ukraine. La Russie a répondu en instaurant un embargo, en août 2014, sur plusieurs denrées alimentaires, notamment les produits laitiers, la viande et les fruits et légumes en provenance de l'UE, du Canada, de l’Australie et de la Norvège. Fin juin dernier, les autorités russes ont prorogé l'embargo jusqu'au 5 août 2016.

Dossier:
Riposte russe aux sanctions de l’Occident (186)

Lire aussi:

Porc: Paris compte venir à bout de l’embargo russe
Pour Bruxelles, la crise agricole n'est pas seulement liée à l'embargo russe
Embargo: Moscou détruit les denrées européennes pour garantir sa sécurité
Embargo russe: plus d'un milliard d'euros de pertes pour l'Italie
Tags:
embargo, Phil Hogan, Algirdas Butkevičius, Bruxelles, Lituanie, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook