International
URL courte
3134
S'abonner

Les violences ont éclaté dans l'ouest de l'Inde suite à l'interpellation par la police de l'homme politique Hardik Patel, dirigeant des Patels, l'une des communautés les plus riches de l'Etat.

Les autorités de l'Etat indien du Gujarat (ouest) ont bloqué mardi l'accès à Internet mobile pour 63 millions d'habitants suite à une vague de violences à Ahmedabad, la principale ville de l'Etat, et dans d'autres villes, qui ont fait au moins neuf morts.

"Nous étions préoccupés par propagation des rumeurs et la mobilisation de gens via WhatsApp", a noté un officier de police cité par la chaîne de télévision NDTV

Selon l'officier, l'accès à Internet mobile sera rétabli après que la situation aura retourné à la normale.

Les internautes du Gujarat ont massivement diffusé des vidéos et annonces médiatiques par le biais de l'application mobile WhatsApp suite à l'interpellation mardi par la police locale de Hardik Patel, 22 ans, chef de la communauté des Patidars (Patels). M.Patel a été interpellé après avoir organisé une manifestation à Ahmedabad pour réclamer l'accès aux quotas d'emplois publics et de places en université réservés aux castes défavorisées. A la suite de la manifestation, un demi-million de personnes ont incendié voitures, bus et postes de police.

Les autorités de l'Etat ont rejeté la demande des Patels, une caste de fermiers et marchands qui représente un cinquième de la population de l'Etat. Un couvre-feu a été imposé dans les zones les plus touchées par la vague de violences. Les autorités ont déployé des troupes au Gujarat pour la première fois depuis les violences religieuses de 2002.


Lire aussi:

Le Pentagone explique le redéploiement de ses troupes en Europe
Où est passé le navire ayant apporté le nitrate d’ammonium à Beyrouth?
Une rixe d’une rare violence filmée en pleine rue à Fleury-Mérogis – vidéo
Une «cause extérieure»: le capitaine qui a transporté le nitrate d'ammonium parti en fumée à Beyrouth s’exprime
Tags:
émeutes, Internet, Ahmedabad, Inde
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook