Ecoutez Radio Sputnik
    Le drapeau chinois

    70 ans de la Victoire: amnistie en Chine

    © AP Photo/ Ng Han Guan
    International
    URL courte
    2703131

    A la veille du 70e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale, la Chine a annoncé une amnistie pour certains de ses prisonniers.

    Le parlement chinois a approuvé un projet de loi d'amnistie à l'occasion du 70e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale et du 70e anniversaire de la victoire du peuple chinois dans la guerre de résistance contre le Japon, annoncent samedi les médias locaux.

    Selon la loi, il est prévu d'amnistier les criminels qui ont combattu pendant la Guerre de résistance du peuple chinois contre l'agression du Japon, ceux qui ont participé aux guerres pour sauvegarder la souveraineté nationale, les criminels âgés de 75 ans ou plus et les personnes ayant des handicaps physiques, ceux qui ont commis des crimes à un âge inférieur à 18 ans et qui ont reçu une peine maximale de trois ans de prison.
    éanmoins, les détenus condamnés pour des crimes graves, notamment pour meurtre, viol, corruption ou terrorisme, ne bénéficieront pas de l'amnistie.

    Cette année la Chine fête le 70e anniversaire de la victoire du peuple chinois dans la guerre de résistance contre le Japon, ainsi que le 70e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale.

    Le 3 septembre près de 12.000 militaires de plus de 10 pays, dont la Russie et le Kazakhstan, défileront sur la place Tiananmen à Pékin. L'armée chinoise sera représentée par 50 unités et environ 200 avions et hélicoptères de différents types. Les représentants de 49 pays prendront part à l'événement.

    Lire aussi:

    La Chine fête le 90e anniversaire de son Armée par un défilé géant (vidéo)
    La marche du Régiment immortel, source d’inspiration pour l’Ambassadeur US en Russie
    La Chine doit «créer la plus puissante armée dans l’histoire de son pays»
    Tags:
    prisonniers, parlement chinois, Chine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik