International
URL courte
48806
S'abonner

Le destin présidentiel n'était pas tracé pour Bachar el-Assad, qui fête aujourd'hui ses 50 ans. Il s'apprêtait à devenir chirurgien oculaire mais le destin en a décidé autrement.

C'est aujourd'hui que le dirigeant syrien Bachar el-Assad fête ses 50 ans, dont 15 passés au poste de président du pays. Il a pris les rênes de la Syrie en 2000, bien avant le "printemps arabe", qui a apporté ses "valeurs démocratiques" au Proche-Orient.

Il ne s'attendait pas à devenir président de la Syrie car c'était son frère aîné Bassel qui devait succéder à leur père au pouvoir. Quand l'héritier présupposé est mort dans un accident de voiture, le futur président faisait ses études à Londres et rêvait de devenir chirurgien oculaire. Mais après cette tragédie, il dû revenir en Syrie et rentrer à l'Académie militaire de Homs.

Bachar el-Assad a rencontré se femme Asma al-Akhras à Londres. Cette Britannico-Syrienne de confession sunnite travaillait à l'époque à la City pour JP Morgan.

D'après la Constitution syrienne, le candidat doit avoir au moins 40 ans pour devenir président. À la mort de son père, le président Hafez el-Assad, Bachar n'avait que 34 ans. Le parlement a alors amendé la Constitution pour abaisser l'âge minimum de candidature à la présidentielle de 40 à 34 ans, pour conserver le principe de succession héréditaire.

M. el-Assad a été élu président le 10 juillet 2000 par 97% des électeurs. Il est reconduit à la présidence de la République par 97,62% des suffrages exprimés lors d'un référendum présidentiel organisé le 27 mai 2007.

Selon plusieurs analystes, le président syrien est un homme politique libéral. Son père déclinait méthodiquement tous les projets de dépolitisation de l'armée et des services secrets, d'introduction du multipartisme et de renforcement de la société civile. Bachar el-Assad, au contraire, a introduit le système d'élections pour occuper des postes dans les partis politiques. Il a annulé le monopole du Parti de la résurrection arabe et socialiste. Grâce à ses efforts, des candidats indépendants ainsi que des chefs d'entreprises ont eu la possibilité de participer aux élections.

Lire aussi:

Assad: la communauté internationale voudrait négocier
Washington veut priver Bachar el-Assad de l'aide russe
Et si Bachar el-Assad était neutralisé
Etats-Unis: Assad, "pas un partenaire" dans la lutte contre l'EI
Tags:
Bachar el-Assad, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook