International
URL courte
5214
S'abonner

Airbus, qui inaugure officiellement sa ligne de production outre-Atlantique, vise 50% du marché américain.

Le constructeur aéronautique européen Airbus a inauguré lundi son premier site de production aux Etats-Unis, qui assemblera des avions de la famille A320 à Mobile, dans l'Etat de l'Alabama, a rapporté le service de presse du groupe.

"C'est un jour historique", s’enthousiasme le patron d'Airbus, Fabrice Brégier, en assurant qu'avoir "une ligne d'assemblage aux Etats-Unis va accroître notre visibilité".

Cité par Deutsche Welle, M. Brégier a également rappelé que les travaux ont coûté 600 millions de dollars. En 2012, date de lancement du projet, la part d’Airbus sur le marché aux Etats-Unis était de 20%, contre 80% pour son principal concurrent Boeing. Depuis lors, elle est passée à 40%.

Le premier avion Airbus devrait commencer à être construit en 2016, et à partir de 2018, Airbus espère produire quatre avions par mois. L’usine assemblera des appareils mono-couloir A321, une modification du best-seller A320 lancé en 1988.

De surcroit, le projet de l’Alabama, qui va employer près d’un millier de personnes, a suscité beaucoup de vifs débats en Europe.

"Mobile fait pression sur les syndicats en Europe parce que le coût de la main-d'œuvre est moins cher en Alabama", explique Richard Aboulafia, de Teal Group Corporation.

Toutefois, M.Brégier assure qu'il n'y aura pas de délocalisation vers les Etats-Unis. Selon lui, "un emploi à Mobile en crée quatre en Europe" car les pièces des avions restent fabriquées en Europe.

Lire aussi:

Airbus s'implante en Russie
Boeing vs. Airbus: choc des titans au Salon du Bourget
Quand Jean-Michel Blanquer lance une fake news en déclarant que les vaccinés ne peuvent pas contaminer
Florian Philippot utilise un pass sanitaire pour se rendre à une manifestation anti-pass à Rome
Tags:
usine, assemblage, avions, Airbus Group, Boeing, Richard Aboulafia, Fabrice Brégier, Alabama, Europe, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook